Articles tagués réseaux

Portrait : Alexia Berton, photographe

J’ai rencontré Alexia à un petit-déjeuner réseau. Elle a créé son entreprise il y a plus de deux ans et la développe en s’appuyant essentiellement sur le réseau  (je l’interviewerai un jour uniquement sur ce thème…). Je vous laisse découvrir son parcours ! 

Prénom, métier, âge et parcours en une phrase 
Alexia, 34 ans, créatrice d’une société de réalisation de visites virtuelles interactives destinées au web après un atypique parcours de 12 ans en logistique.

Depuis quand es-tu indépendante ?
Depuis avril 2007, bien avant l’ère de l’auto-entreprise !

Pour quelle(s) raison(s) as-tu choisi d’être indépendante ?
Une liberté inestimable pour vivre une aventure faite d’embûches et de passion.

Quel statut as-tu choisi ? Pourquoi ?
Société à responsabilité limitée qui est la seule à mon sens qui allie protection, crédibilité et véritable gestion entrepreneuriale.

C’est quoi, ta journée-type , si ça existe ?
A défaut de type je dirais idéale : levée 6h30 pour un départ avec tout mon matériel photo, lumière et portable.
Commencement par un petit déjeuner (hebdo) convivial avec des entrepreneurs avec qui un échange de business s’effectue naturellement. Puis RDV chez mon pâtissier pour un ballotin de chocolats maison que je m’empresse d’offrir à mon client préféré. Départ avec ce même client qui m’emmène toute la journée avec lui faire du lèche-vitrine photographique pour mettre en valeur toutes ces merveilleuses décorations de Noël qu’ils ont installés. Retour à la maison où un travail de découverte, de retouches, de montage et de création de la visite virtuelle annuelle et unique de mon client avant de rejoindre les fées de mes rêves …

Si tu te projettes dans 10 ans, tu imagines quoi ?
Installée dans une agréable et lumineuse maison à la campagne je m’installerais à mon bureau, aménagé pour accueillir une équipe de travailleurs motivés et performants, qui s’appliqueront à promouvoir et développer l’activité chacun dans leur domaine technique. Nous irions, après avoir répondu et choyé nos clients, une demi-journée dans la semaine partager tous ensemble un moment de détente, de sport ou de culture.

Quel conseil donnerais-tu à un « free qui se lance » ?
Le goût de l’entreprise s’apprécie sur la durée et c’est finalement tous les efforts fournis comme la patience et la détermination qui donnent la meilleure des saveurs.

As-tu un site, un blog, un profil Viadeo, un mail qui permettrait d’entrer en contact avec toi ?
Je réponds TOUJOURS à mes mails a.berton@virtuel-concept.com

,

Poster un commentaire

Les réunions réseaux, qu’en pensez-vous ?

L’un de mes objectifs de la rentrée était de mieux connaître les « réunions réseaux ». En fait, cela a été plutôt compliqué d’y participer, parce que souvent ces réunions ont lieu tôt le matin, ou le soir, ou une fois par mois pile le jour où vous n’êtes pas dispo… Néanmoins, j’ai testé plusieurs sortes de réunions réseaux :

La réunion « locale » :
Gratuite, organisée par une association dans les locaux de la mairie, elle réunissait divers profils autour d’un petit-déjeuner. Démarrage à 8h30. Deux animatrices nous ont présenté « le réseau, comment ça marche », powerpoint à l’appui. Ensuite, nous nous sommes présentés, chacun son tour, en une minute (l’elevator pitch a de beaux jours devant lui…), avant de faire tourner nos cartes de visites.
Mon impression : j’ai éprouvé un vrai sentiment de malaise à l’écoute des animatrices qui nous ont plusieurs fois précisé qu’elles étaient bénévoles (oui, et ?…), puis des participants qui pour la plupart avaient pour cible clients les TPE-PME, c’est-à-dire exactement le profil de tous les participants. La réunion « réseau » s’est donc très vite transformée en « vente directe ». Bref, cela m’a  déplu, je n’irai plus !

La réunion « de femmes » :
Bon, côté « femmes entrepreneurs », il y a différents créneaux à prendre ! Il y a les Mompreneurs, dont j’ai déjà parlé ici, et les réseaux de femmes dirigeants qui partent armées pour faire exploser le plafond de verre, et, dirons-nous, un « entre-deux ». Que j’ai voulu tester, avant de me désister en catastrophe, raisons familiales obligent. Je testerai une autre fois, je tiens vraiment à connaître les spécificités de ces réseaux de femmes.

– La réunion « grande école » :
Je n’ai pas fait de grande école, et comme j’ai obtenu mon 3ème cycle en communication à Nantes, je n’ai pas beaucoup de contacts « anciens élèves » sur Paris. Mais j’ai été invitée par une amie à une conférence suivie d’un cocktail, à 19h, dans un grand hôtel parisien.
Mon impression : Ce n’était pas à proprement parler une réunion réseau, mais ce genre d’événement a tout le potentiel pour le devenir, pour peu qu’on sache se glisser adroitement dans les différents groupes !

– Le réseau payant :
Alors là, on passe à la vitesse supérieure ! Il s’agit d’un club privé international, dont les membres se réunissent toutes les semaines, à 7h30. Uniquement pour les lève-tôt ! Efficacité éprouvée d’après les dires de l’organisateur.
Mon impression : je manque de disponibilité pour (je n’ai pas envie de ?) consacrer du temps à cette réunion en particulier toutes les semaines. Et j’imagine qu’il existe des groupes gratuits et probablement tout aussi efficaces…

Cette incursion dans le monde des « réunion réseaux » (je ne sais pas quelle appellation utiliser pour les distinguer des réseaux virtuels, qui je le note, ont été très peu évoqués par les organisateurs des réunions auxquelles j’ai assisté) me laisse donc une impression mitigée. Ne suis-je réellement pas intéressée, ou mon inconscient me freine-t-il ? 😉 C’est le sujet très intéressant évoqué cette semaine par la newsletter de Place des Réseaux.

Si voulez partager votre expérience « réseaux », n’hésitez pas à laisser un commentaire. Merci par avance !

6 Commentaires

Carpe diem !

bonheurVendredi, c’était la 4ème édition du Café des Freelances, version « La Cantine », avec réseautage + conférence. Comme d’habitude, j’y suis allée avec plaisir, y entraînant cette fois Valérie.

Malgré tout, le thème de la conférence,  « le bonheur », m’avait semblé cette fois un peu trop dans l’esprit « encore un contrepied à la crise » pour être honnête. Et puis en ce moment, le bonheur, la joie, on nous en vend au kilo ! Ca a même été le thème d’un édito assez mémorable de Christian Blachas fin septembre (je ne l’ai pas retrouvé, mais  ce commentaire du blog de CB News vient bien illustrer le message).

Et puis Joanna Quelen nous a parlé du bonheur. C’était passionnant. Je n’ai pas tout écouté, pas tout entendu, trop occupée à chercher dans ma vie des illustrations de ce qu’elle évoquait. J’ai retenu que le bonheur, c’est 50 % d’inné (ce bel optimisme qui permet de voir le verre à moitié plein), 10 % lié aux circonstances, et les 40 % restants, hé bien, c’est la part sur laquelle nous avons vraiment de l’influence : il ne tient qu’à nous d’apprendre à remplacer le noir par du rose.  Tout cela était appuyé sur des théories scientifiques très intéressantes. En conclusion, j’ai retenu que la fameuse course au bonheur, que l’on nous présente comme le but de toute vie, ne doit surtout pas être un objectif. Le bonheur, c’est ici et maintenant, d’où le titre de ce billet.

Après tout ça, je trouve que réseauter en passant d’un groupe à l’autre pour tenter de glisser sa carte de visite n’a aucun sens. Enfin, pour moi, ça n’a jamais de sens, c’est quelque chose que je ne sais pas faire. J’ai échangé avec Valérie sur le thème de l’éducation, sur la volonté qu’on a tous d’avoir des enfants « aptes au bonheur ». Participant à la conversation, Mademoiselle C. , une couturière à l’illustre patronyme, tellement pesant qu’elle l’a réduit à l’initiale… C’est sympa de rencontrer des gens qui ont des métiers tous très différents, notre point commun étant de l’exercer en indépendants.
Et puis Pierre Morsa, du blog de Pierre Morsa (ça l’a fait sourire, il m’a dit que j’étais la première personne à l’avoir reconnu « d’après son blog », que je vous recommande, d’ailleurs. Et hop, un de plus dans ma blogroll). Il a un projet très intéressant, dont on a parlé avec Simone (graphiste, qui ne cherche pas de clients, car ils arrivent tous par le bouche à oreille… le rêve de tout freelance !) et Dominique, qui vient de lancer une nouvelle communauté, celle des papas.

Une excellente soirée, dont je suis partie à regret, pour cause d’obligations familiales, mais ce que j’y ai appris me trottera longtemps dans la tête. A l’aube de cette nouvelle semaine, dont j’attends beaucoup car plusieurs rencontres et projets doivent se concrétiser, je me dis qu’il faut oublier le stress et simplement se focaliser sur le fait que oui, tout va bien  😉

MAJ 13.10. 09 : Facebook et le bonheur… Intéressant !

, , , ,

4 Commentaires

Une journée – 3 rendez-vous mémorables

métroDans la même journée, j’ai eu trois rendez-vous, chacun près d’une station de la ligne 2 du métro… 
Coïncidence amusante, et rencontres mémorables avec des gens passionnants !

10h30 : station Père Lachaise
E. est directeur d’une agence de communication. Il m’a contactée sur Viadeo, après que j’ai consulté son profil. Il a son agence depuis 20 ans, des clients fidèles, mais ne se contente pas de la routine quotidienne. Il est curieux, veut innover et proposer de nouveaux projets… Il souhaitait me présenter une nouvelle offre qu’il compte proposer à ses clients.
Le hasard fait que nous avons des connaissances communes. Nous avons aussi beaucoup parlé de nos réseaux et de nos attentes respectives sur ce sujet.
Son offre m’intéresse beaucoup, je vais donc m’atteler à lui faire une proposition qui nous permettra de mettre en oeuvre un projet à la rentrée !

14h : station Colonel Fabien
J’ai dû grimper un peu plus haut, vers le parc des Buttes-Chaumont, car mon rendez-vous avec M. était fixé place de la Mairie du XIXème. Je l’ai contactée car j’ai lu un article sur elle dans un magazine. Elle est créatrice et designer d’accessoires et objets éthiques. Sa démarche m’a plu, je lui ai envoyé un mail pour lui proposer de l’aider dans sa communication.
Je suis très heureuse de l’avoir fait, moi qui « n’ose pas » en temps normal. Le courant est tout de suite passé, j’ai plein d’idées à lui proposer, nous allons pouvoir bien travailler ensemble  !

15h30 : station Courcelles
 Je rencontre ici, dans un café, P., l’un de mes clients, avec lequel je travaille sur un projet de longue haleine. Il tient à me faire part des avancées, me donner le compte-rendu d’un rendez-vous auquel je n’ai pas assisté, et m’informer des nouvelles orientations du projet. J’apprécie beaucoup chez lui son vrai sens de l’humain : il tient toujours compte des attentes de chacun, ses clients, les collaborateurs de ses clients, ses prestataires, et sait nous valoriser et nous mettre en confiance. 
Au bout d’une heure, j’ai tous les éléments pour aller brainstormer chez moi !

Je repars avec de nombreuses pages griffonnées dans mon carnet de notes et le pas léger.
Je me dis que j’ai de la chance, de faire ces rencontres, de travailler sur ces sujets, de gérer mon emploi du temps…
Elle est belle, la vie de freelance. J’ai passé une excellente journée !

, , , , , , ,

1 commentaire

%d blogueurs aiment cette page :