Articles tagués partenariats

Des partenariats, oui, mais avec qui ?

A chaque fois que je parle de partenariats sur ce blog ou ailleurs, cela génère plusieurs mails de propositions… de partenariat ! Cela ne débouche jamais pour différentes raisons :

1. En tant que partenaire potentiel, je ne suis pas un prospect.  Le contact qui me dit « je vous propose un partenariat« , puis m’explique son offre, me donne envie de jeter son mail dans la seconde. Si on est partenaires, on a des intérêts et/ou des objectifs communs. Si vous me proposez un partenariat en pensant simplement aux clients potentiels que je peux vous apporter, je ne vois pas où est l’intérêt pour moi et cela ne me donne pas envie de donner suite…

2. Je ne travaille jamais avec des gens que je ne connais pas. Si vous me dites « je suis un lecteur assidu de votre blog » mais que vous ne l’avez jamais commenté, je vous remercie, mais je n’ai aucune idée de qui vous êtes, de ce que vous faites et donc de ce que nous pourrions proposer ensemble.

3. Je travaille prioritairement avec des gens qui sont « près de chez moi ». Oui, je sais qu’on peut travailler à distance, cela ne me dérange pas avec certains clients. Mais je préfère pouvoir déjeuner régulièrement avec mes partenaires. Et comme il y a beaucoup de freelances en région parisienne, je n’irai (a priori) pas chercher plus loin.

4. Je préfère travailler avec des gens qui me sont recommandés. Si je dois présenter quelqu’un à un de mes chers clients, je veux savoir tout savoir sur ce qu’il a fait avant, comment et avec qui ;-)). Comme tout le monde, je suis rassurée par un « je le/la connais, c’est quelqu’un de fiable et qui bosse bien ».

5. Enfin, et c’est certainement la raison la plus importante, je suis toute seule et toute petite et donc il arrive très rarement qu’un client me dise « j’ai besoin de telle ou telle compétence, pouvez-vous me la trouver ?« . Ce genre de question se pose éventuellement à une agence qui bénéficie de beaucoup de salariés/ d’un gros réseau.

Mais si vous avez des expériences de partenariats fructueux entamés un jour à partir d’un coup de fil d’un(e) inconnu(e), ça m’intéresse car ça pourrait peut-être m’aider à changer d’avis 😉

6 Commentaires

Bilans de fin d’année – 2. Gagné / Perdu – Pourquoi ?

Toujours dans la rubrique « bilan de fin d’année », j’ai essayé d’analyser le « pourquoi » des projets gagnés ou perdus cette année. J’ai listé l’ensemble des projets sur lesquels j’ai vraiment travaillé, c’est-à-dire au minimum fait une proposition (j’ai bien sûr écarté tout ce qui n’était pas allé plus loin qu’un échange de mail ou un coup de fil). Parmi ces projets, il y a des missions de toutes tailles, je n’ai pas tenu compte des critères « temps » et  « budget ».

J’ai gagné cette année :
–  7 projets pour le compte de mon réseau direct : amis ou connaissances professionnelles.
– 6 projets via un partenariat (réponse à deux ou trois, je n’étais pas à l’initiative du projet)
– 5 projets via des recommandations d’amis ou de connaissances
– 2 projets arrivés via les réseaux sociaux

J’ai perdu cette année :
– 0 projet pour le compte de mon réseau direct
– 6 projets via un partenariat
– 7 projets via des recommandations d’amis ou de connaissances
– 4 projets arrivés via les réseaux sociaux

J’en tire des enseignements très intéressants :
– Quand un ami ou une connaissance me fait appel pour un projet concernant son entreprise, c’est en connaissance de cause : ma proposition correspond à ses attentes et le projet se fait toujours.
– Pour les autres projets, tout est lié à la qualification : certaines personnes me recommandent « parce qu’elles ont envie/besoin de donner un nom », le projet n’est pas qualifié ou pas sérieux, et n’aboutit pas. Idem pour les partenariats : ça marche ou pas, une fois sur deux, difficile de le savoir à l’avance, je n’ai pas de visibilité et ne peux pas réellement qualifier le besoin du client, ni donc lui répondre de manière parfaitement personnalisée.
Enfin, les réseaux sociaux restent une grande loterie, où je perds plus souvent que je ne gagne !

Cette nécessité de qualification est un axe essentiel sur lequel je vais travailler l’année prochaine : je dois éviter de  travailler sur des propositions sans avoir soit rencontré le prospect ou eu accès à un brief précis.  Idem, quand quelqu’un fera passer mon nom, je ferai en sorte de bien qualifier le besoin de mon interlocuteur avant de commencer à travailler. Je réserverai évidemment le meilleur accueil à mes amis et connaissances 🙂

, , , , , ,

1 commentaire

%d blogueurs aiment cette page :