Articles tagués expérience professionnelle

Une expérience n’est pas universelle

Régulièrement, je suis contactée par des gens qui font une étude de marché avant de se lancer en freelance.

Je leur réponds poliment (enfin, j’espère !) mais plus ça va, plus je suis persuadée  que cela n’a pas de sens.
Etre consultant en communication en freelance, cela recouvre tellement de métiers différents ! Des spécialistes du web, des formateurs, des attachés de presse,  des rédacteurs,  il y a même des graphistes qui se disent consultants en communication…
Ensuite, on n’exerce pas son métier de la même façon à Paris (où il y a énormément de demandes) et en région (a priori, à Marseille, le marché de la communication n’est pas florissant), si on a 25 ans et une courte expérience ou 40 ans et plus de 15 ans dans différentes entreprises/agences/secteurs…
Avoir un bon réseau permettra à un incompétent de durer plusieurs années, et ne pas en avoir empêchera quelqu’un de doué de se lancer…
Foncez si vous êtes hypermotivé(e) et que vous avez un peu d’argent de côté, ça vous permettra de vous laisser un peu de temps avant les premiers projets… Mais laissez de côté les études de marché, c’est inutile dans notre domaine d’activité.

,

11 Commentaires

Freelance, une option pour les débutants ?

Je n’aurais jamais pu devenir freelance à la fin de mes études. Pourtant j’ai fait des études utiles pour mon métier actuel (maîtrise en lettres, puis 3ème cycle en communication), mais à mes débuts, je ne savais rien faire de concret : organiser mon travail de manière efficace, répondre correctement  aux demandes de mes clients, gérer les priorités, avoir une vue d’ensemble qui me permette de proposer une solution appropriée à une demande précise, etc. Tout cela s’apprend sur le tas, et ça va beaucoup plus vite si quelqu’un nous montre l’exemple !

Quand je suis devenue freelance il y a 3 ans, j’ai eu à nouveau l’impression de débuter, car même si j’avais abordé la démarche commerciale en agence, cela ne consistait pas pas à vendre mes compétences, mais celles de mon entreprise. Si je n’avais pas eu la confiance que m’a donnée mon expérience professionnelle de 12 ans, j’aurai vite jeté l’éponge, je pense !

Depuis quelque temps, je suis régulièrement contactée par des étudiants qui me questionnent sur mon métier en freelance. A chaque fois, je les mets en garde en leur disant de ne pas se précipiter tête baissée dans l’indépendance. Pourtant, j’ai l’impression que le contexte de crise (enfin, ça a toujours été la crise dans la communication, où il y a toujours eu beaucoup plus de demandeurs que de postes à pourvoir !) incite les professeurs à proposer cette voie aux élèves.

De mon point de vue, c’est une hérésie pour eux (comment vont-ils se former, avancer, les pauvres ?) et pour leurs clients (quelle dimension de conseil vont-ils leur apporter ?). Bref, cette démarche me laisse profondément perplexe.

, , ,

12 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :