Articles tagués blog

Un blog pour un centre commercial, c’est indispensable

L’un de mes amis connaît très bien le directeur d’un centre commercial « nouvelle génération » (il ne s’agit plus de ces hangars géants que l’on voyait autrefois partout en périphérie des villes, mais d’un nouveau « lieu de vie » ouvert sur l’extérieur)  et lui a demandé (pour tâter le terrain, je lui en avais parlé auparavant ;-)) s’il serait intéressé par un blog pour son centre commercial.

Il lui a répondu « mouais, je sais que certains le font, mais franchement, un blog pour un centre commercial, c’est inutile« . Mon ami m’a rapporté ses propos en ajoutant « Il a raison, non ? Son objectif, c’est que les gens viennent et achètent dans le magasin, alors à quoi ça servirait, un blog ?« .

Et voici ma réponse.

  • Un blog permet de raconter une histoire, son histoire et de faire adhérer ses publics. Ce serait donc un relais idéal aux actions événementielles proposées par les différentes enseignes. Evidemment, il s’agit de proposer des abonnements à ce blog, pour que chaque client inscrit puisse savoir en temps réel ce qui se passe et avoir envie d’y retourner.
  • Un blog « ajoute de l’humain » à une relation commerciale souvent anonyme. Je n’ai pas besoin de savoir que l’hôtesse de caisse de chez Darty s’appelle Sophie et se passionne pour la cuisine japonaise avant d’acheter un four. Mais tout ce que je pourrai savoir de cette enseigne dans ce centre commercial à côté de chez moi me rendra le lieu plus familier et me donnera plus envie d’y aller.
  • Un blog permet de valoriser « les gens ». Sophie l’hôtesse de caisse, comme Roger le vigile, comme Edith la créatrice de bijoux qui loue sont 3 m2 dans la galerie marchande, seront très heureux d’être interviewés et d’avoir leur trombine sur le blog. Ils ne seront plus de simples anonymes, mais des rouages essentiels pour le bon fonctionnement de ce centre commercial. Ils se sentiront importants, cela les valorisera, ils en parleront autour d’eux et… cela générera du trafic supplémentaire dans le centre commercial.
  • Un blog permet de faire passer les messages de son choix. Quoi, la presse locale ne parle du centre commercial que pour dire que le chiffre d’affaires a été inférieur aux prévisions la semaine de l’ouverture ? Très bien, chaque semaine sur le blog, on donnera des chiffres, on présentera l’enseigne qui organise des soldes flottants, on interviewera le nouvel arrivé du 3ème étage… Bref, on maîtrisera l’information que l’on veut faire passer.

Que l’on ne se trompe pas, un blog ne sert pas « à tout » et n’est pas utile pour toutes les typologies d’entreprise. Mais dans ce cas précis et à l’unique condition de valoriser une politique d’abonnements (parce que même si le sujet d’un blog nous passionne, clairement, si on n’y est pas abonné et si l’on ne reçoit pas de mail pour nous indiquer qu’un nouveau billet est paru, on n’y va pas tous les jours !) et de relais sur les réseaux sociaux, je suis persuadée que c’est un excellent vecteur de d’information, de valorisation, de fidélisation et donc, de business !

, , , , ,

3 Commentaires

Communiquer sur son entreprise : on commence par où ?

Vous venez de lancer votre entreprise, vous avez besoin de faire parler de vous. Tout le monde vous dit « il faut communiquer », mais vous ne savez pas vraiment de quoi il s’agit…
En quelques points, voici la marche à suivre !

si votre objectif est de travailler en solo dans la durée, le meilleur vecteur (et aussi le moins cher) sera le bouche-à-oreille. Allez à toutes sortes de RDV réseaux, présentez-vous et distribuez votre carte de visite (téléphonez, envoyez des mails si vous avez un tempérament commercial affirmé !).  En parallèle, créez un blog WordPress, que vous utiliserez comme un site. Pas d’obligation de publier tous les jours, mais vous aurez une vitrine sur le web, c’est essentiel. De manière générale, pensez « gratuit ». Que pouvez-vous faire pour être le plus visible possible sans dépenser d’argent ? Un bémol si vous vendez des produits, vous devrez peut-être faire des relations presse et de la publicité (voir ci-dessous). Budgétez-le avant de vous lancer pour vous assurer que votre business sera viable.

si votre objectif est de développer votre société – en recrutant, en réalisant un chiffre d’affaire de plusieurs centaines de milliers d’euros... – vous devrez d’emblée voir grand. Faites-vous créer un site par un pro (un développeur WordPress travaillant en freelance pourra vous proposer quelque chose de pro à un tarif acceptable), lancez un plan de com’ comprenant le bon mix d’actions : publicité en boîte aux lettres, publicité presse, publicité télé (contactez une agence, ou deux freelances : un concepteur/rédacteur + un graphiste – ainsi qu’une société spécialisée dans l’achat d’espace qui vous conseillera sur les supports et négociera les tarifs), relations presse parce que les articles des journalistes ont plus d’impact auprès des potentiels clients que la pub – mais les parutions ne sont pas garanties ( là encore, vous pouvez choisir un(e) freelance ou une agence). Pensez aussi à la newsletter électronique (à faire réaliser par un webdesigner) si vous avez un fichier de contacts (cela peut aussi s’acheter auprès de sociétés spécialisées) et à la plaquette commerciale, pas seulement si vous avez prévu d’être présent sur des salons : cela sera utile de « laisser quelque chose » aux prospects que vous rencontrerez.
Créez un tableau de bord où vous noterez chaque mois, par outil de communication, les contacts et le chiffre d’affaires générés. Cela vous permettra d’ajuster vos actions au fil du temps et de dépenser votre budget le plus efficacement possible.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas !

, , , , , ,

Poster un commentaire

Demande d’interview : ce qui marche le mieux ?

Un de mes nouveaux clients m’a demandé de faire des interviews pour « illustrer » tous les billets que j’écris pour lui.

La semaine dernière, j’ai dû interviewer un « développeur de jeux vidéos »… métier totalement inconnu pour moi et où évidemment je ne connais personne (mon fils m’a bien proposé de m’aider… mais à 8 ans, il ne peut pas encore se targuer d’une expérience professionnelle dans ce domaine ;-)).

ma première option : lancer un appel sur Twitter, puisque c’est bien connu, il y a « plein de monde » sur Twitter, un développeur de jeux vidéos allait donc s’emparer de ma bouteille à la mer ! Hé ben non, même si mon tweet a été « RT » 3 fois… rien, je n’ai pas eu de contact par ce biais.

ma seconde option : contacter mon réseau perso. J’ai pensé à Matthias, un copain ancien collègue qui a monté une boîte qui fait des appli web. Je me suis dit qu’il avait peut-être dans ses équipes un ancien développeur de jeux vidéos ? Il m’a répondu tout de suite (yes !) « pas chez moi, c’est un métier très spécifique, mais j’ai des copains qui ont monté un studio, je peux te mettre en contact avec eux (re-yes !). Matthias s’est donc chargé de la mise en relation (merci !) et j’ai pu interviewer par téléphone ces deux personnes qui m’ont tout appris sur leur métier.

J’ai donc rendu mes deux articles dans les temps, l’un étant un panorama du secteur, l’autre l’interview de personnes travaillant dans le domaine… mais mon client m’a répondu qu’il souhaitait que le premier article soit aussi illustré des commentaires d’une personne travaillant dans le domaine du jeu vidéo, ce que je n’avais pas compris dans le brief initial :-(. Grrr… Ce matin, je recommence avec…

– ma troisième option : contacter directement des personnes « du métier » via Viadeo. Cela m’a permis de constater que si on peut contacter les gens qu’on ne connaît pas, il faut être premium pour leur laisser un message (c’est le serpent qui se mord la queue : je refuse systématiquement les demandes de mise en relation de personnes que je ne connais pas si il n’y a pas de message ! Je n’ai franchement plus qu’à me désinscrire, ce site est totalement inefficace pour moi !). J’ai regardé si les deux contacts que j’avais identifiés étaient sur Facebook, mais non, mauvaise pioche. Je suis donc allée sur Linkedin, où j’ai pu contacter une personne que je ne connais pas en lui laissant un message expliquant mon besoin. Et j’ai pu lui laisser mon tél., mais pas mon mail (interdit de mettre des liens dans les messages…). Je croise les doigts !

Et là, j’y retourne, parce que plus j’en contacterai, plus j’aurai de chances d’avoir une réponse avant ce soir ! Mais avant cela, sachez bien que vous êtes…

– ma quatrième option 😉 : mon blog sera-t-il plus efficace que Twitter, Viadeo et Linkedin réunis pour m’aider à identifier le développeur ou la développeuse (je veux bien sinon un programmeur ou une programmeuse !) de jeux vidéos de mes rêves, enfin de mon interview… aujourd’hui ???

Je compte sur vous ! 😉

, , , , , ,

9 Commentaires

My first english client

Hé oui, je travaille désormais à l’international ! Plus sérieusement, j’ai un client en Grande-Bretagne, une société qui s’appelle Lumie et qui intervient dans le domaine de la luminothérapie et des simulateurs d’aube (vous avez de la chance de n’être « que » des lecteurs de ce blog, parce que mes copines ont l’impression que je n’ai plus que le mot « luminothérapie » à la bouche ;-)).

Bref, en ce début d’année, la responsable marketing de cette société m’a contactée après avoir trouvé ce blog grâce à une recherche Google ! Je vous avais déjà dit que le blog était un excellent outil de prospection, mais je ne pensais pas que ça pouvait marcher même au-delà des frontières… Et pourtant si !

Qui n’a pas encore créé le sien ? 😉

, , ,

3 Commentaires

Quand une proposition est perdue… On la recycle !

Je n’aime pas perdre les projets qui m’intéressent et sur lesquels j’ai passé du temps… Nos chers amis les prospects ne se rendent pas toujours compte des efforts déployés pour aboutir à une proposition assortie d’un devis ! Je viens donc de faire l’inventaire de mes propositions perdues depuis un an, en regardant pour chacune ce qui pouvait être applicable à d’autres. Oyez, oyez, par ici on arrête le gaspillage et on recycle 🙂
Voici mon stock :

– Une stratégie de veille internet sur la marque employeur (plutôt pour une grosse entreprise)
– Des stratégies relations presse + médias sociaux pour l’univers alimentaire (l’une concerne un produit de niche, l’autre la restauration).
– Une stratégie médias sociaux pour une boutique physique
– Une newsletter pour un réseau de prescripteurs (ce n’est ni de l’interne, ni de l’externe, c’est juste entre les deux)
– Une formation à l’animation d’une page Facebook (initiation pour débutants)
– Un blog déco prêt à l’emploi
– Un accompagnement au déploiement d’un plan de communication interne

Il s’agit bien à chaque fois de propositions complètes, assorties d’un tarif… et prêtes à être adaptées, voire mises en oeuvre immédiatement. Si vous êtes intéressé, contactez-moi !
PS : C’est ma journée « laboratoire », je suis très curieuse de savoir si ce genre d’offre peut aboutir à de nouveaux projets 😉

, , , , , ,

6 Commentaires

Qu’attendez-vous pour créer votre blog ? ;-)

En ce moment, je travaille sur un gros projet pour un grand groupe français. Via une agence, évidemment, car il est impossible d’accéder au Cac 40 si l’on n’est pas référencé. Et être référencé quand on est freelance, ce n’est pas gagné !

J’ai décroché cette mission via ce blog. Mon contact à l’agence a fait des recherches dans Google, a trouvé mon profil, m’a appelée, nous nous sommes rencontrées et quelques jours plus tard, je commençais à travailler.

Ce n’est pas tout à fait magique, cela fait presque trois ans maintenant que je publie régulièrement sur ce blog, mais je ne peux pas dire non plus qu’il m’est très difficile de trouver des sujets sur lesquels écrire !

Je me dis simplement, à chaque fois que je reçois un appel de quelqu’un qui me dit  » Je suis passé(e) sur votre blog« , « Ah, si j’étais aussi assidue sur Facebook, Twitter, Scoop.it, Google +, Pinterest« … Qui sait, je serais peut-être à la tête d’une agence internationale ? Bon, en même temps, ce n’est pas mon objectif…

, , , , ,

9 Commentaires

La ritournelle de la prospection

En 2011 encore, je n’aurai pas prospecté. Pourtant, régulièrement, je me dis que ce serait plus prudent, et je prends immédiatement la résolution de me lancer dans la prospection téléphonique la semaine suivante…

Evidemment, si un jour je n’ai pas le choix, je m’y mettrai. En attendant, j’ai quelques bonnes raisons de ne pas avoir fait de prospection :

1. A la rentrée de septembre, je me suis dit « une semaine sans RDV prospect, et je m’y mets ». Mais il se trouve que depuis septembre, chaque semaine, mon téléphone a sonné et un nouveau rendez-vous m’a été proposé… Le hasard fait tellement bien les choses 😉

2. Le livre de Francine Carton, qui m’a chaudement été recommandé  « réussir sa prospection téléphonique », n’est jamais en stock quand je pose la question à la FNAC. OK, si je regarde sur Amazon, ça devrait résoudre mon problème…

3. Prospecter, ce n’est pas non plus téléphoner tous azimuts ! C’est dire ce qu’on sait faire, ce dont on a envie ou besoin, au bon moment et au bon endroit. Alors j’essaie ici : en 2012, j’aimerais avoir 3 (si c’est plus, on pourra s’arranger, ne vous inquiétez pas !) contrats annuels d’écriture pour des blogs d’entreprise, plusieurs missions de community management (j’aime bien quand c’est autour de personnages…), des missions en communication interne et RH (des sites, des livrets d’accueil, des plaquettes, si vous avez des projets en stock…), j’aimerais bien aussi m’occuper de toute la communication d’une petite entreprise, et puis aussi, très important, je veux développer le sujet « relations presse » dont je parlais hier.

, , , ,

4 Commentaires

Gagné ou perdu ? Projet n°5

C’était au mois de mai, pendant les ponts (vous savez, ce jour de RTT que les salariés prennent entre un jour férié et un week-end ;-)). J’avais coupé mon portable. Le lundi matin, j’avais un message d’un inconnu qui me disait qu’il avait eu mes coordonnées via mon blog et qu’il souhaitait me confier un projet.

Je n’ai pas pensé « top, un nouveau projet », car même si cela n’arrive pas tous les jours, les demandes « tombées du ciel » aboutissent rarement, mais je l’ai bien entendu rappelé pour en savoir plus. Et j’ai été plutôt agréablement surprise. La demande était précise, le projet dans mes cordes. Nous avons pris rendez-vous la semaine suivante pour un déjeuner près de son bureau. Tout s’est très bien passé. Il m’a très spontanément expliqué son parcours, comment il avait créé sa société il y a deux ans, ses objectifs de développement… Je lui ai posé quelques questions pour mieux cibler son projet (il voulait mettre en place une stratégie réseaux sociaux pour des produits high tech) et lui ai envoyé une proposition deux jours plus tard.

Bon, a priori, c’est du projet gagné d’avance, n’est-ce pas ? Dites-moi ce que vous en pensez 😉

, , ,

10 Commentaires

Gagné ou perdu ? Projet n°4

C’est un site d’information, une sorte d’annuaire de professionnels de la communication. Je me suis inscrite lors du lancement de mon activité, je m’inscrivais partout, alors pourquoi pas là ?

Plusieurs mois plus tard, j’ai reçu un appel, du responsable du site, qui m’a annoncé d’emblée qu’il n’avait rien à me demander, qu’il m’appelait uniquement pour me féliciter… De quoi ? De ma présence en ligne, pour mon blog fréquemment mis à jour, etc.

Soudain, un inconnu vous appelle pour vous lancer des fleurs… Moi, je trouve ça louche ! Cela dit, comme il avait l’air d’avoir du temps à perdre, pendant qu’il parlait, j’ai jeté un coup d’oeil à son site. Et lui ai demandé pourquoi il n’avait pas de blog. « Ah, vous pensez que c’est une bonne idée ? » « Oui, pas vous, alors que vous me félicitez pour mon bon référencement obtenu grâce à mon site ?  » « ah bah si, euh, mais j’ai pas le temps, moi, et je ne suis pas riche, vous savez… » Il commençait déjà à marchander, alors que je ne lui avais même pas proposé mes services… Il a fini par dire qu’il voulait une proposition chiffrée. Que je lui ai envoyée le lendemain. Il m’a rappelée le jour même…
Et qu’a-t’il dit, à votre avis ?

, , ,

8 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :