Vie privée / vie professionnelle : on parle de quoi sur un blog pro ?

Bah, de vie professionnelle, la réponse est dans la question, me direz-vous :-). Et en effet, je n’ai jamais raconté mes vacances sur ce blog (encore que… à vérifier, cet article étant le 700e, je ne me souviens pas de tout, je dois bien l’avouer !) et j’ai toujours eu bien en tête la séparation entre « je raconte ma vie » et « je raconte ma vie pro ». Jusqu’à ce week-end. Hé oui, ce week-end, j’ai franchi la ligne…

Comme vous l’avez peut-être remarqué (sauf si vous êtes abonné) il y a une fenêtre Twitter sur le côté de la page. Je tweete quasiment tous les jours (depuis quelque temps, car j’ai une relation assez irrégulière à Twitter, comme à tous les médias sociaux !) et c’est toujours autour de sujets com’. Je me contente généralement de relayer les articles intéressants repérés lors de ma veille matinale.

Mais ce week-end, il y a eu à Marseille un événement politique bien particulier : une fraude aux procurations (« si les faits sont avérés« , comme l’a souligné la candidate concernée qui a bien répété sa « totale transparence » vis-à-vis… des policiers qui ont perquisitionné sa permanence samedi). J’ai suivi tout cela en direct sur Twitter et ai été effarée. Evidemment, j’ai tout de suite eu envie de retweeter, commenter, mais je me suis dit que cela arriverait directement ici, n’avait aucun lien avec mes sujets habituels et donc aucun intérêt pour ceux qui lisent ce blog. Je n’ai pas tenu longtemps. J’ai commencé dès samedi soir à partager ce que je voyais passer. Les tweets des comptes parodiques, les tweets de ceux qui analysent et apportent un point de vue complémentaire à celui de la presse, les tweets « comme les miens », de citoyens outrés par ce qui se passe.

Mes messages ne sont pas un appel au vote « pour » ou « contre », ils n’engagent évidemment que moi, d’autant que mon blog n’est pas estampillé « marseillais ». Mais en tweetant, j’ai aussi remarqué le silence de personnes que je connais ici : les militants d’associations « sponsorisées » par la municipalité actuelle, habituellement actifs sur Twitter, peut-être contraints et forcés à se taire, les salariés qui « pensent que », « ont une petite idée », mais ne finissent pas leurs phrases sur Facebook… On n’ose pas, on a peur d’être fiché, critiqué, alors qu’il s’agit là « seulement » de s’opposer à des pratiques illégales.

C’est aussi un exercice intéressant d’observer la communication de cette candidate : elle a d’abord affirmé vendredi que le reportage de France 2 et l’article de Marianne qui l’accusent sont ceux de « journalistes parisiens, ici à Marseille on s’en fiche » (???), puis elle s’est filmée samedi devant une poubelle brûlée sur une place de la ville après la manifestation anti-raciste de samedi, précisant que « c’est l’ultragauche qui arrive qui détruit tout » (que fait son parti, actuellement responsable de la sécurité des citoyens ?!) et lundi, lors d’une interview de BFMTV, n’a tenu aucun compte des questions des journalistes. Elle a récité un discours sans queue ni tête pendant que les journalistes posaient leurs questions dans le vide, puis terminé, enchantée et reprenant sa respiration, par « Marseille a besoin d’un patron, pas d’un pantin« . Euh ? J’aimerais bien en savoir plus sur son agence de communication et leur manière de travailler ensemble ;-).

  1. Vie privée / vie professionnelle : on parle de quoi sur un blog pro ? — Consultante freelance en communication et médias sociaux – comment gagne de l argent sur internet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :