Formation : ce que l’on apprend en regardant faire les autres

J’ai longtemps travaillé mes sujets de formation en me projetant vers « l’idéal selon moi-même »… qui n’est certainement pas celui des autres, je m’en doute bien ;-). De manière générale, je travaille beaucoup et longtemps sur le support, malaxant le sujet sous tous les angles possibles (tout du moins ceux que j’identifie !) afin de m’assurer que j’aurai répondu à toutes les attentes (et de cette façon que les participants aient le sentiment d’en avoir pour leur argent !). Toujours mon bon vieux syndrome de l’imposteur…
En assistant à des formations données par d’autres, et en échangeant librement avec les participants de ces formations, j’ai appris pas mal de choses qui m’ont aidée à améliorer les miennes (enfin je crois !). Un échantillon des formations qui m’ont marquée/appris :

  • 1. C’était une formation sur un thème « développement personnel » donnée bénévolement sur une demi-journée au sein d’une association par une femme (qui avait elle aussi visiblement beaucoup travaillé son support !). Quand elle est entrée dans la pièce, nous étions déjà plusieurs à l’attendre. Jetant un coup d’œil à la liste des participants, elle a dit « oh, vous êtes trop nombreux, je n’aurai pas le temps de tout vous montrer« . Après le premier exercice, que nous avons tous trouvé intéressant, elle a dit « bon, on ira plus vite sur les autres, sinon, je n’aurai pas le temps« . Elle a survolé les exercices suivants, s’assurant de terminer dans les temps la partie théorique. Résultat : frustration d’une partie de l’assemblée, plusieurs personnes ont dit « dommage que… » vite coupées par la formatrice « oui, j’ai su en vous voyant si nombreux que je n’aurais pas le temps pour les exercices« .
    Autre point que j’ai trouvé un peu étrange : la formatrice a précisé « je vous enverrai le support uniquement si vous me le demandez« , et elle l’a répété. Elle juge probablement de notre intérêt ou pas concernant sa formation en fonction du nombre de mails de demande reçus ensuite ? Il se trouve que j'(avais tout juste fini de lire Mari Kondo et) avais bien pris conscience du fait qu’une formation a de la valeur au moment où on la suit. Jamais je n’ai rouvert de support ensuite… Donc je ne l’ai pas contactée pour le lui demander (mais aujourd’hui je me dis que j’aurais dû lui envoyer un message d’explication, parce que c’était vraiment quelqu’un de super investi, elle a dû être déçue par notre attitude).
  • 2. Cette autre formation, sur un thème « communication professionnelle » cette fois, avait lieu sur le créneau du déjeuner. Elle a été illustrée quasiment uniquement par des exemples issus de la vie privée de l’oratrice. Et en fait, j’ai trouvé que c’était plutôt bien amené et intéressant. Or, j’y suis allée accompagnée de deux amis, une femme et un homme, qui ont tous les deux trouvé ça insupportable « elle manquait tellement d’exemples qu’il fallait qu’elle nous cite les pensées de son chat, c’était désespérant ! » Probablement, réflexion faite, ça m’a plu parce que c’était vraiment à l’opposé de ce que j’ai l’habitude de proposer. La formatrice débordait de confiance en soi. Et je crois que cela m’impressionne toujours. J’ai finalement décidé de ne jamais m’en inspirer ;-).
  • 3. Cette fois-là – c’était un autre sujet autour du développement personnel – la formatrice a évoqué son parcours, le bien et le moins bien, avec beaucoup d’honnêteté et d’énergie, et toujours le sourire aux lèvres. Elle a fait beaucoup de digressions, à chaque fois pour répondre précisément aux questions des participants. Du coup, je me suis fait une longue to-do list de livres à lire et de vidéos à regarder… Cette personne était une publicité vivante pour son propos, c’était parfait !
  • 4. Et la dernière (c’est marrant, je ne cite que des rencontres/formations animées par des femmes…), intervenait au sein d’un bureau de coworking (j’ai remarqué ensuite que ce bureau recherche en permanence des intervenants, pour faire venir du monde, ce qui générera des inscriptions de nouveaux coworkers) sur un thème comme « développer son chiffre d’affaires » si je me souviens bien. Bref, cette fois, c’était mauvaise pioche, car l’intervenante était aussi intéressée qu’eux par le développement de son business. Arrivée avec une demi-heure en retard (pour une intervention de deux heures…), elle ne s’est absolument pas excusée, mais en entrant a jeté un coup d’œil circulaire à la salle assorti d’un long soupir. Visiblement, notre assemblée hétéroclite ne correspondait pas à ses attentes. Il y avait pas mal de juniors (chercheurs d’emploi, freelances débutants…) et l’intervenante a décidé de proposer à chacun…. de se présenter (nous étions 30 !). Le troisième ou quatrième était comique tellement il était prétentieux. Il avait tellement « tout-vu-tout-fait » et l’a expliqué tellement longuement que l’on pouvait se demander ce qu’il faisait là. Elle l’a saluée d’un « mais c’est génial, c’est parfait ! J’espère que vous avez tous écouté parce que Machin a vraiment la recette magique« . Evidemment, on arrivait à la moitié du temps imparti à la session, donc la formatrice a décidé que c’était le moment d’accélérer, et donc, de zapper les 25 autres présentations ! Ce que n’a pas aimé une participante un peu « senior » qui a dit « OK, très bien, ce que fait Machin est génial, mais pas du tout adapté à mon business !« . Elle a expliqué brièvement (elle était artiste et cherchait une façon de communiquer autrement que sur le format et le prix de ses œuvres) et elle a eu le droit à la réponse expéditive « Ah ben ça, les goûts et les couleurs, c’est pas du tout mon créneau« . Bref, le suite de la présentation a été faite pour Machin, les yeux dans les yeux, et quand il a été question de récupérer les cartes de visite, bizarrement, on a constaté que seul Machin avait pensé à prendre la sienne…-> Ce que j’ai retenu ? On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est certain, mais on peut faire en sorte, avec un minimum de cadre, d’apprendre des choses à chacun. Et pour cela, le B.A-BA (je passe sur la ponctualité, qui ne doit même pas être discutée !), c’est d’être à l’écoute, de bonne humeur, d’être honnête, humble, et de savoir s’adapter en permanence aux attentes de son public.
    D’autres points de vues de formateurs ou de conférenciers pour m’aider à progresser ? 😉

 

  1. Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :