D’une formation (dé)masquée à une formation à distance, mes découvertes du moment

Je devais donc donner une formation masquée mardi et mercredi dernier. J’avais des masques en tissu, mais mes exemplaires étant « peu respirables », j’ai acheté des masques en papier jetables, que j’ai trouvés un peu plus confortables lors de l’essayage à la maison. Mardi matin, avant de sonner à l’interphone de la société où j’allais donner une formation de deux jours en intra (thème : définir sa stratégie de communication), j’ai précautionneusement sorti mon masque de son emballage et l’ai accroché derrière mes oreilles (NB : j’avais bien aimé l’idée de la visière, mais je n’en ai pas trouvé dans le commerce et n’ai pas réussi à en fabriquer).
A l’étage, la personne qui m’a ouvert arborait un grand sourire… et pas de masque. Elle m’a emmenée dans la salle de réunion, je lui ai parlé du masque, elle m’a précisé que les participants en porteraient aussi « si je le souhaitais ». Bon, ce que je souhaitais, c’était que personne n’en porte, mais sous mon masque, mes propos étaient semble-t-il un peu confus. J’ai jugé utile de l’enlever pour installer mon ordinateur et brancher le vidéoprojecteur ;-), ça m’a rendue bien plus libre de mes mouvements !
Quand l’ensemble des participants (quatre) sont arrivés dans la salle, je leur ai proposé de s’installer au bout de la table (la salle de réunion était grande), précisant que je préférais parler fort et à distance plutôt que près sous un masque. Ma proposition a été acceptée et j’ai donc pu très rapidement – et avec soulagement ! – reléguer mon masque au fond de mon sac.

Cette semaine, de mercredi à vendredi, je travaille pour un centre de formation parisien qui pour l’instant n’a pas rouvert et m’a donc proposé d’animer la formation prévue au calendrier à distance. Il s’agit cette fois du thème « écrire pour le web ». J’ai revu mon support de manière à rythmer plus équitablement les séquences « théorie/pratique » dans le but de donner aux participants de vraies « pauses » de travail personnel.
J’ai le sentiment que le plus compliqué à gérer pour chacun sera d’être seul et « collé » à son ordinateur pendant trois jours, mais encore une fois, je suis curieuse d’expérimenter cette nouvelle pratique ! Les premiers retours que j’ai eus de la part d’amis qui en ont donné sont « c’est plus fatigant que le présentiel », ce qui ne m’étonne pas vraiment. A mon avis, je vais dépenser beaucoup d’énergie pour m’assurer que mes participants ne s’endorment pas ;-).
Je vous raconterai !

  1. Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :