Pour vous former/ vous informer sur un sujet, vous achetez des livres ?

Il est de plus en plus compliqué pour les marques de se positionner et d’être ou de rester crédible, souvent parce que le « bruit » – entre autres des réseaux sociaux – brouille le discours. Evidemment, c’est notre rôle, à nous communicants, de faire en sorte que les messages soient correctement reçus par les publics de nos clients. Et aujourd’hui plus que jamais, le challenge est de taille !

Récemment, j’ai rencontré une personne qui travaille dans le secteur bancaire et qui m’a dit « si j’annonce lors d’un dîner que je suis banquier, il y aura toujours quelqu’un pour me répondre « tous des voleurs », ahaha ». Avant, j’essayais d’argumenter, maintenant, je suis lassé de ces piques ironiques. Parfois je pense à mon dircom, qui doit encore moins rigoler « .

Comment conquérir et reconquérir l’opinion à l’aide d’une communication percutante ? C’est l’objet d’un livre co-écrit par Didier Le Gorrec, le très sympa directeur de l’agence Madras Edition, que j’ai rencontré il y a quelque temps.

Ce livre, intitulé Marketing de marque et stratégie de contenus, « à vocation pédagogique et opérationnelle » a été écrit pour le secteur des assurances, mais les idées développées peuvent être appliquées à d’autres domaines.

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais depuis que je donne des formations, j’achète énormément de livres, parce que j’y trouve des réponses argumentées de spécialistes sur les sujets qui m’intéressent. Je pourrais aussi les trouver sur Internet, mais paradoxalement cela me prendrait beaucoup plus de temps! Je devrais faire un inventaire de tout ce qui est écrit sur le sujet en question, qualifier les auteurs, faire une synthèse… alors que la lecture d’un ou deux bouquins me permet souvent de faire le tour d’un sujet.

Vous faites comment, vous ?

Publicités

, , , ,

  1. #1 par Josélito Tirados (@JoselitoTirados) le 19 novembre 2014 - 11:12

    Bonjour Isabelle,

    Pour m’informer et me former je voyage.

    Je commence souvent par picorer sur la toile. Ensuite je repère les influenceurs sur le sujet qui m’intéresse.

    A ce stade, soit j’ai la possibilité d’assister à une conférence et je commence à suivre les speakers présent sur leurs réseaux sociaux.

    Une fois que j’ai qualifié mes sources, direction la librairie où j’achète les ouvrages à lire sur le sujet qui m’intéresse.

    Enfin, j’alimente et reste à jour en retournant sur la toile.

    J'aime

    • #2 par Isabelle Prigent le 24 novembre 2014 - 10:17

      Bonjour Joselito,
      Intéressant ! Je continue bien sûr d’utiliser le web pour détecter de nouveaux sujets d’intérêt… mais quand il s’agit d’aller vite et d’avoir un panorama complet sur un sujet, je n’ai pas trouvé mieux que les livres 😉

      J'aime

  2. #3 par Laurence Perchet le 19 novembre 2014 - 14:56

    Bonjour Isabelle,
    Je fais comme toi depuis de très nombreuses années. Je recherche des auteurs sur les sujets qui m’intéressent, j’achète en ligne ou sous forme papier, je teste le livre en téléchargeant des extraits sur Kindle. Je trouve cette méthode assez efficace, car de fil en aiguille, on finit par trouver des schémas d’auteurs passionnants et… qui ont fait leur preuve ! Par contre je me déplace rarement à Paris pour écouter des conférences, même si lorsque cela m’arrive, je trouve que c’est très enrichissant ! Dans le nord, j’avais des opportunités avec l’ex UJJef, c’était pas mal. Mais les choses ont changé depuis mon déménagement…

    J'aime

    • #4 par Isabelle Prigent le 24 novembre 2014 - 10:20

      J’ai récemment acheté deux livres pro sur mon Kindle… mais ça ne me plaît pas ! D’abord parce que j’aime surligner, annoter, corner mes bouquins pour pouvoir ensuite revenir sur les passages qui m’intéressent et ensuite parce que j’aime bien les faire passer à mes stagiaires lors des formations…
      Moi aussi j’allais régulièrement à des conférences, mais c’était avant 😉

      J'aime

  3. #5 par Didier Le Gorrec le 21 novembre 2014 - 18:27

    Merci Isabelle pour cette mention de notre ouvrage avec Jean Chézaubernard. Pour contribuer à ta réflexion, je dirai que LE problème de tout livre « expert » ou « professionnel » c’est qu’il devient assez vite obsolète. Surtout autour des sujets « web » bien sûr. J’ai dans ma bibliothèque des bouquins du début des années 2000 (voire de la fin des années 90) sur la « communication Internet » qui deviennent de vrais morceaux d’anthologie et leur lecture fait bien sourire aujourd’hui. Conclusion : je vais devoir réactualiser ce bouquin en … 2016 ? (c’est un message subliminal à l’éditeur) !

    J'aime

    • #6 par Isabelle Prigent le 24 novembre 2014 - 10:23

      Je t’en prie Didier 😉
      Et je partage ton point de vue… cela dit, en tant que lectrice, je trouve que les éditeurs devraient réfléchir à des mises à jour vendues à des prix modiques pour les personnes pouvant faire la preuve de l’achat de la première version de l’ouvrage, et, je reviens sur l’échange ci-dessus avec Laurence, si le Kindle le proposait, ce serait à mon sens très intéressant !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :