L’obligation de l’innovation

Bien sûr, c’est un sujet qui mériterait d’être étudié, creusé, mais je ne peux pas m’empêcher d’en parler « à la volée » ici.
Récemment, un « free qui se lance » me disait que de tous côtés (c’est-à-dire chez Pôle Emploi et chez des entrepreneurs de son entourage), il entendait la remarque « mais en quoi c’est innovant, ce que tu proposes ?« . En fait, il n’a pas choisi la voie de l’innovation, il veut travailler dans un domaine où il est compétent et dans lequel il y a du boulot. Où est le problème ? Pourquoi ces grimaces de la part de ses interlocuteurs ?

J’ai le sentiment que l’innovation est devenue pour les personnes « en âge de travailler » l’équivalent du « Bac+ » obligatoire de plus jeunes. C’est comme cela que des secteurs « à emploi garanti » comme la plomberie, l’électricité, la boulangerie, la coiffure etc, ne font plus recette, car ce ne sont pas des métiers intellectuels…

Et lorsqu’on a fait des études, on se doit maintenant d’être innovant… Quand on fait une recherche dans Google, on trouve la définition Wikipédia : « L’innovation est le processus consistant à innover, c’est-à-dire à chercher à améliorer constamment l’existant de façon radicale » et juste après la mention d’un événement qui m’avait échappé : « Lundi 2 décembre Arnaud Montebourg, Fleur Pellerin et Anne Lauvergeon ont lancé le Concours mondial #Innovation2030 en présence de François Hollande. Objectif : faire émerger les talents et les accompagner dans leur croissance, en France ».

Sérieusement, plutôt qu’être toujours dans la projection, on ne pourrait pas aussi glorifier ceux qui appliquent ici et maintenant, les recettes qui marchent ? Ils ne méritent pas d’être félicités, valorisés, eux ?

Publicités

  1. #1 par frederic SEUX le 27 février 2014 - 16:47

    Bonjour Isabelle,

    Tout d’abord bravo pour votre blog très sympa et plein d’enthousiasme.

    Votre article est tout à fait juste cependant je souhaiterais ajouter un élément. Je suis dirigeant d’une petite entreprise (5 salariés) et en parallèle j’aide les porteurs de projet à créer leur entreprise. Je souhaiterais ajouter que lors de la création d’entreprise, l’innovation, apporter un service ou un produit nouveau, est certes intéressant à long terme, mais au départ il faut ramer ! car avant de vendre, il faut « éduquer » le client, lui expliquer que ce que l’on propose est totalement nouveau et peu connu mais que ça va lui faire gagner un temps fou !… pas évident !

    Je pense que pour un freelance ou une petite structure, s’imposer par l’innovation est très difficile. Personnellement, je suis plutôt adepte de bien faire ce que l’on sait faire. Bien sûr, je ne suis pas contre l’innovation, mais il faut savoir qu’au départ un client va vous juger sur un travail « classique et tout à fait connu » et ensuite vous pourrez lui vendre de l’innovation.

    Voilà, je vous souhaite bonne continuation.

    frederic

    J'aime

  2. #3 par Isabelle Prigent le 28 février 2014 - 10:48

    Merci Frédéric !
    Vous avez raison, il ne s’agit pas seulement de vouloir innover, mais également de pouvoir le faire dans un contexte favorable. Effectivement, innover est compliqué quand on lance son activité seul. J’ai auparavant travaillé dans de grosses sociétés du secteur high-tech où des équipes entières étaient dédiées à la R&D… mais c’était possible uniquement parce que pendant ce temps-là d’autres personnes généraient du chiffre d’affaires ! Et dans un second temps, c’était plus facile de « vendre l’innovation », car plus le portefeuille clients est important, plus on de chance que quelques-un d’entre eux soient intéressés…

    J'aime

  3. #4 par Cécile Trompette le 3 mars 2014 - 08:58

    Bonjour Isabelle,
    L’innovation est devenu le mot tarte à la crème, comme il y a quelques années le concept de développement durable. On le met à toutes les sauces, on le galvaude et on en fait un critère déterminant.
    On associe également trop souvent l’innovation à la R&D, alors que l’innovation peut recouvrir des réalités plus larges (on peut innover en communication, en management, en finances… en utilisant des outils, certes technologiques et différents, mais pas nécessairement des outils qu’on a inventé). L’innovation est aussi une question de pratiques et d’usages. Et Frédéric a raison de le souligner, une question d’éducation du client/consommateur/utilisateur. Ainsi on peut innover « sans grands moyens financiers » tout en faisant bien son travail de base : le simple fait de « télétravailler » est une innovation en soi. Mais pour le vivre actuellement, il faut effectivement en passer par une bonne relation client (et un contact régulier, une présence physique) avant de passer à une relation à distance (et trouver les moyens – ie innover – pour maintenir ce lien).
    Après, tout est question de communication : « vais-je faire de cette innovation un critère déterminant pour mes clients, dans mes démarches de prospection ? » « vais-je à mon tour galvauder ce terme et dire que j’innove, comme d’autres se vantent de faire de la prose ? » Le débat est ouvert 🙂
    Cécile
    PS : je viens également de changer de région, et revis avec délices toutes ces étapes liées au déménagement familial (on en est à la 4ème fois) et découvre les transferts d’activité professionnelle (une première cette fois). Au plaisir d’échanger à nouveau sur le sujet.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :