« Tout va bien mais… »

J’ai croisé la maîtresse de grande section de mon fils, qui m’a demandé comment se passait son CP. Je lui ai répondu « très bien, il adore lire, ça se passe très bien avec sa maîtresse« , elle me répond qu’elle en est ravie et qu’en effet, elle avait déjà eu de bons échos. Plutôt que de mettre fin à l’échange sur cette note positive, j’ajoute « ... mais il écrit très mal, vous vous rappelez, l’année dernière, vous me l’aviez déjà fait remarquer » et elle « ah oui, le soin n’est pas son fort« . Et là je me suis mordu la langue très fort en me disant « Vraiment, ce n’est pas possible ! Tu ne peux pas te contenter de dire et penser que tout va bien quand c’est le cas ????« .

J’ai décidé de supprimer le mot « mais » de mon vocabulaire, de réfléchir avant de parler (oui, parfois il vaut mieux éviter d’être spontané !) et de tourner les choses de manière positive. C’est un exercice compliqué pour moi, car même si dans « la vie de tous les jours » je suis une foncière optimiste, j’ai aussi une sale tendance à la perfectionnite aiguë pour tout ce qui concerne le travail, qui fait que jamais (ou presque) je ne pense que j’ai répondu exactement à la demande, parfaitement bouclé un dossier, bien fait un boulot… Je veux toujours que ce soit « mieux que mieux ».

Et mon défaut rejaillit déjà sur le travail de mon fils.  Récemment, je lui ai fait recommencer ses lignes d’écriture et il a jeté son cahier en criant « la perfection, c’est ce que tu exiges de moi en permanence« . J’ai sincèrement pensé qu’il exagérait. Mais en fait non. Je demande aux autres ce que j’exige de moi-même, mais parfois c’est trop.

Le bon côté de tout ça ? On a toujours des choses à apprendre et des comportements à améliorer ;-).  J’ai du pain sur la planche !

Publicités
  1. #1 par Raphaël Y. le 7 février 2013 - 09:19

    « Oui, mais »

    Je crois que c’est la pire expression que l’on peut utiliser. Dans ce cas il faut dire « Non ».

    Oui, mais on ne sait plus dire « Non ».

    J'aime

  2. #2 par Gaëlle Picut le 7 février 2013 - 09:53

    Ton billet me fait réagir : je le comprends très bien car ce sont les interrogations que l’on se pose sans cesse en tant que parent. Où s’arrête l’exigence légitime que l’on doit tenter de transmettre à nos enfants ? Où commence la pression qui n’est pas bonne ? Où placer le curseur entre la valorisation de ce que font nos enfants et la demande de davantage d’efforts ? Pas facile, j’en conviens ! En tout cas, avec le recul, je remercie mes parents et certains de mes professeurs d’avoir été exigeants avec moi. Et je pense que même si sur le moment, ce n’est pas toujours facile d’inciter son enfant à faire des efforts pour progresser, cela est quand même bénéfique à terme. Disons que si je sens qu’il existe une marge de progrès, je pense qu’il est bon de l’encourager et si j’ai l’impression qu’il donne déjà le meilleur de lui-même, je ne rajoute pas de pression inutile et je le félicite pour cela. Mais les frontières ne sont parfois pas très nettes !!

    J'aime

  3. #3 par Laurence Perchet le 7 février 2013 - 10:03

    Je rejoins le bataillon des perfectionnistes Isabelle ! Je me souviens de la remarque de ce responsable d’agence de com’ dans le nord, quand je débutais, en 2000, à l’occasion d’un travail rédactionnel qu’il m’avait confié pour l’un de ses plus gros clients (donc je m’étais astreinte à la quasi perfection !!), « Laurence, vous mettez la barre trop haut ».
    C’est assez déstabilisant, quoiqu’on puisse en penser, un donneur d’ordre qui vous reproche en quelque sorte votre désir de perfectionnisme… J’ai tenté de faire plus simple par la suite, mais, sans grande conviction…

    J'aime

  4. #4 par Solange Hémery-Jauffret le 7 février 2013 - 11:03

    C’est ce qui me plaît en toi, cette recherche de la perfection et ton exigence dans le boulot . Alors ne change pas 😉 J’utilise le »oui, mais » uniquement pour mieux gérer mon emploi du temps, surtout du temps où j’étais en agence (OUI, je peux/veux prendre ce dossier, MAIS j’ai déjà telle urgence à gérer. L’une des 2 peut-elle être décalée ?). Depuis, je tente d’éviter le « mais ». Ce qui n’est pas encore très visible à la maison.
    Mon fils répète sans arrêt : « tu oublies que je ne suis qu’un enfant »… je culpabilise aussitôt sur ma recherche de perfection et souvent je finis par faire la tâche demandée (notamment le rangement de chambre avec un vague sentiment de m’être fait manipulée par un enfant de 5 ans). C’est l’un des enjeux de ma future formation en communication non violente, je te raconterai 😉

    J'aime

  5. #5 par Celine le 8 février 2013 - 01:23

    Merci, lire ce billet aujourd’hui me fait du bien. Parfois il est nécessaire de revoir nos attentes et exigences, pour se recentrer :). J’utilise aussi souvent le oui mais et même le non mais… Mais je progresse! Bonne journée…

    J'aime

  6. #6 par Cécile Trompette le 11 février 2013 - 11:37

    Tous les perfectionnistes conscients de leur « maladie » s’y retrouvent.
    Le plus dur est-il de lâcher prise pour soi ou pour les autres ?
    Risque (réel ou supposé) de « fuite en avant » dans la médiocrité si on lâche prise une fois…
    Concernant les enfants, je pense qu’il faut leur donner le goût de l’exigence en leur expliquant toujours les (bonnes) raisons pour lesquelles on leur demande d’agir ainsi. À nous aussi d’être exemplaire… et d’expliquer aussi que nous sommes faillibles 😉
    C’est tout le charme de l’humanité et de l’éducation.
    Le travail de toute une vie.

    J'aime

  7. #7 par mutuelle le 22 février 2013 - 00:06

    c’est bien d’etre honnete envers soi meme vers les autres mais attention à ne pas basculer vers le pessimisme, bien vu cet article

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :