Les rédacteurs à la Maison des Artistes ? Je suis pour !

Cette réflexion suit mon billet de la semaine dernière sur le tarif/jour des freelances de la com’.  Pour ma part, j’interviens sur trois sujets : la formation et le conseil en communication et médias sociaux, que je facture bien, les relations presse et le community management, que je facture « moyennement », et la rédaction, que je facture « ras les pâquerettes ».

Un tarif/jour en rédaction, c’est forfaité entre 400 et 850 € (rarement 850, soyons très clairs…) et il ne m’est jamais arrivé d’y passer moins de temps que prévu :
– je dois parfois tout apprendre sur le sujet avant de commencer à écrire,
– il y a des jours où je ne suis pas inspirée et je n’arrive pas à écrire sur le sujet demandé,
– parfois mon téléphone sonne sans arrêt pour une autre mission importante que j’ai en parallèle et du coup je n’arrive pas à me concentrer,
– le client ne sait pas bien ce qu’il veut et demande plein de corrections,
– le projet traîne en longueur et à chaque fois que j’écris, je dois me replonger une heure sur le sujet pour m’en imprégner à nouveau…

Bref, tout cela fait que la rédaction… c’est parfois en net dans notre poche, moins de 100 €/jour. La seule solution à mon sens pour que cela soit rentable, ce serait d’offrir la possibilité aux rédacteurs d’être « affiliés » (répertoriés, assujettis ?), bref de bénéficier des avantages offerts par la Maison des Artistes, avec des cotisations à 15, 5 % – ce sujet a été abordé il y a longtemps sur le hub Viadéo de Stéphane Bourhis, je ne l’ai pas retrouvé, mais je suis pour ! Il ne s’agit pas simplement d’une question de rémunération d’ailleurs, parce que l’écriture est à proprement parler une activité artistique qui est complètement galvaudée. On a l’impression que seuls les métiers de l’image sont artistiques de nos jours…

Pour ma part, je réfléchis sérieusement à faire de la rédaction une activité très annexe… Et demain, promis, après j’arrête de parler d’argent 😉

Publicités

,

  1. #1 par designwebefficace le 28 janvier 2013 - 14:26

    Bonjour,

    C’est tout à fait ça… 😉 la vie de financière de freelance .

    J'aime

  2. #2 par Céline le 31 janvier 2013 - 10:22

    En tout cas, ton article me rassure, Isabelle.
    Moi qui m’étais lancée, il y a quelque temps, sur des prestations de rédaction web, j’y ai rapidement renoncé, car vraiment cela me prenait trop de temps pour la rémunération demandée.
    J’ai finalement opté pour « ce n’est pas mon métier », mais je me suis en réalité heurtée aux mêmes freins que toi sur le temps passé, notamment dans des univers métiers qui m’étaient complètement étrangers.

    J'aime

    • #3 par Isabelle Prigent le 4 février 2013 - 21:33

      Tant mieux si cela te rassure Céline. Pour ma part, la rédaction fait bien partie de mon univers métier… mais je persiste à penser qu’elle n’est pas suffisamment valorisée aujourd’hui (j’ai déjà dit plusieurs fois ici que je ne comprenais pas pourquoi les mots avaient tant perdu de leur poids), très mal payée, et beaucoup trop taxée…

      J'aime

  3. #4 par Laurence Perchet le 31 janvier 2013 - 12:31

    Oui, c’est tout à fait ça Isabelle, bonne analyse. Le rédactionnel est intéressant, de mon point de vue, quand tu décroches un budget lié à la production d’un support récurrent, comme le journal d’entreprise par exemple. J’ai pas mal développé cela au commencement de mon activité. Au début, tu perds du temps, car tu t’imprègnes de la culture de l’entreprise, il y a un temps incompressible d’adaptation et de compréhension, que j’arrivais de temps en temps à me faire payer (genre un forfait de 600 euros, l’équivalent d’une journée, c’est peu mais mieux que rien !). Avec le temps, tu finis par gagner en temps de rédaction, jusqu’à une journée parfois et donc à rentabiliser ton travail. Mais les prestations uniques en rédactionnel en général, ne sont pas du tout rentables pour un indépendant, je confirme !

    J'aime

    • #5 par Isabelle Prigent le 4 février 2013 - 21:35

      En effet, la seule possibilité d’être rentable, c’est de pouvoir travailler de manière récurrente dans un domaine qu’on finit par bien connaître…

      J'aime

  4. #6 par piscine le 12 février 2013 - 02:32

    Bonjour,

    je comprend très bien ces problématiques de tarifs, surtout pour la rédaction, étant donné que les rédacteurs subissent la concurrence de rédacteurs malgaches ou d’autres pays où il est impossible de rivaliser vu la petitesse des salaires moyens. Le seul moyen de lutter est la qualité et encore la qualité!

    Marine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :