Quand on fait peur à son interlocuteur…

Et oui, un esprit brillant, des intuitions fulgurantes et un travail aux petits oignons réalisé à la vitesse de l’éclair (et pour pas cher, évidemment !), cela peut parfois faire peur à un client 😉
Plus sérieusement, il m’est arrivé plusieurs fois de me retrouver en porte-à-faux face à des prospects :

– une fois, mon interlocuteur venait d’arriver dans la société, n’était pas forcément à l’aise sur le sujet sur lequel il me briefait (mais s’était visiblement vendu comme un expert de ce domaine pour signer son CDI) et me recevait sur recommandation de sa chef, avec laquelle j’ai un ami commun. Il a simplement été odieux et s’est efforcé de l’être pendant toute la mission. C’était d’autant plus ridicule que la réussite de la mission était facilement chiffrable et que je l’ai vraiment réussie. Nous ne travaillerons pourtant plus jamais ensemble, et c’est une volonté bilatérale !

– une autre fois, j’ai été reçue par trois personnes, dont deux ne savaient pas que je venais me présenter pour une mission en freelance… Elles m’ont regardée de travers jusqu’à ce que la première aille aux toilettes (!) et à ce moment-là m’ont demandé « bon, vous venez pour quel poste ? ». Une fois que je leur ai expliqué que je n’allais rien prendre à personne, l’ambiance s’est bien détendue !

– plus récemment, j’ai été reçue par une personne à qui j’avais été recommandée. Je lui ai fait remarquer que nous aurions certainement eu d’autres occasions de nous rencontrer car je connaissais très bien un autre freelance qui travaillait pour sa société et un autre membre de son réseau, son alter ego dans une autre société. Ce qui en général permet d’ouvrir une porte en grand… l’a immédiatement refermée. Je n’ai pas eu la mission, et je ne sais toujours pas pour quelle raison !

C’est quand même désolant de constater que parfois nous ratons des missions… simplement parce que nos interlocuteurs ne se sentent pas à l’aise dans leurs baskets !

Publicités
  1. #1 par Thierry Goemans (@Adjuvamus) le 24 mai 2012 - 10:10

    Faire peur … ah comment l’éviter ? comment rester neutre aux yeux d’interlocuteurs qui nous découvrent et dont nous ne connaissons pas le cadre de référence ? Rester trop vague, trop neutre, trop technique ou trop tactique lors d’une première rencontre vaut-il mieux que de tenter de personnaliser l’échange en parlant plus, pour permettre à l’autre de découvrir qui on est ?

    Une méthode vaut avec les interlocuteurs de type « analytique » quand l’autre peut marcher avec les profils plus « affectifs ». Détecter le profil d’un interlocuteur n’est pas insurmontable mais quid, lorsqu’on est face à plusieurs personnes ?

    Personnellement j’essaie de rester fidèle à moi-même. Parfois cela passe, parfois …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :