Quels souhaits pour 2012 ?

Décidémment, le sujet « voeux » est inépuisable !
Je rebondis sur cet article d’Eric Albert publié dans les Echos : « Que souhaiter à ses équipes en 2012 ? » .
Faut-il être optimiste, quitte à passer pour un menteur ? Faut-il annoncer la vérité toute crue « c’est la crise, ça va durer, nous sommes mal barrés » ?

Comme il le dit, la vérité est entre les deux. Et cette vérité est applicable à notre activité à nous, freelances, au quotidien. Si nous nous mettions à dire systématiquement à nos clients « Ca va super bien, je suis débordé de boulot », nos clients hésiteraient à nous confier de nouvelles missions, doutant de notre capacité à les réaliser dans les temps. A l’inverse, si nous nous plaignons en permanence du manque de clients ou de missions, nous passons au choix pour des râleurs ou des incompétents, et pouvons laisser penser que notre activité est sur le fil du rasoir…

Et pourtant, je me rends compte parfois que la réponse que je fournis à mes clients n’est pas celle qu’ils attendent. A mes réponses – courtes, mais sincères -, comme « Tout va bien, merci » ou « C’est plutôt calme en ce moment, mais cela ne devrait pas durer », je m’entends répondre « Oui, mais par rapport à l’année dernière ? » ou « Mais la crise ? Quel impact a-t-elle sur votre activité ? », etc… En fait, j’ai l’impression que l’inquiétude de chacun (bien renforcée par les discours alarmistes des médias) se nourrit des réponses angoissées des autres.

Je ne suis madame Irma, je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais je reste optimiste, car c’est ma nature, je suis incapable d’avancer autrement !

Publicités
  1. #1 par valerie rocheron le 12 janvier 2012 - 07:50

    C’est exactement le coup de g…que j’ai eu hier sur ma page Fb…Marre des esprits chagrins!

    J'aime

  2. #2 par Laurence Perchet le 12 janvier 2012 - 13:26

    Hello Isabelle
    Personnellement, je ne fais plus du tout référence à ce qui s’est passé « avant » l’année qui arrive. Je ne donne plus d’infos de ce type, à un client ou à un prospect, davantage à des partenaires et encore… Je reste sur du général. Ton analyse est juste, si tu es sincère, on se méfie ; si tu te plains, on se méfie… aussi ! Après tout, ce qui compte, c’est le professionnalisme dont tu fais preuve à l’instant T où le client te le demande et qu’il soit satisfait. Le reste…

    J'aime

  3. #3 par florenceramette le 17 janvier 2012 - 10:36

    Comme Laurence, je ne fais pas allusion à ce qui est passé et derrière moi. J’avance et j’invite à aller de l’avant : de futurs projets, une nouvelle collaboration, etc. Comme tu dis, il faut rester optimiste… sinon on ne fait plus rien 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :