Factures impayées – Comment relancez-vous ?

Je déteste appeler les clients qui ne m’ont pas payée à temps. J’ai toujours la très désagréable impression, à ce moment-là, de mendier ce qui m’est dû. Alors je repousse au maximum ce moment. J’envoie un mail « je n’ai pas de nouvelles de la facture ci-jointe, pouvez-vous SVP procéder à un règlement rapide ? ».  Si je n’ai pas de réponse (oui, ça arrive, un comble n’est-ce pas ?), une semaine plus tard, la mort dans l’âme (et le coeur battant à tout rompre), j’appelle. Et là, j’ai le droit (au choix) à « pardon, j’ai oublié« , « désolé, j’ai tellement de factures à payer en ce moment, et je ne vous apprends pas que c’est la crise, n’est-ce pas ? » ou encore « je ne comprends pas, nous n’avons pas travaillé ensemble à cette date« . Impossible de juger de la bonne (ou mauvaise) foi de mes interlocuteurs. Quand il s’agit de sortir les sous, j’ai remarqué que les relations étaient souvent beaucoup plus tendues que pendant la mission.

Et c’est particulièrement vrai ces derniers mois…

Une amie freelance m’a dit « Parfois, j’ai envie de tout laisser tomber. Principalement à cause de ces problèmes de paiement. Je ne supporte pas de devoir réclamer le règlement de mes factures« .

Moi non plus, je ne le vis pas bien. D’autant plus que je mets pour ma part un point d’honneur à payer mes factures en temps et en heure, et à réaliser les missions toujours dans les délais impartis.

Allez, je fais mon Caliméro, « c’est trop injuste » !
Et pour vous, ça se passe comment ? Vous avez trouvé la solution idéale pour être payé dans les temps ?

Publicités

, , ,

  1. #1 par Martine Hervet le 6 décembre 2011 - 09:16

    Bonjour,
    L’idéal est de s’échanger cette charmante petite tâche entre entrepreneur.
    Mon ami est lui aussi autoentrepreneur et c’est plus facile pour moi, d’un point de vue psychologique, d’appeler ses clients retardataires en leur disant que je suis en charge de la gestion des comptes clients. Ça fait un peu classe, ça ne me dérange pas parce que je ne les connais pas, et si je suis trop insistante avec les services comptables et que le client s’en étonne, mon ami peut arguer qu’effectivement il la une comptable zélée mais efficace.
    Bonne journée!
    Martine

    J'aime

    • #2 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 11:23

      Tiens, c’est marrant, parce que je l’ai proposé à ma copine qui « veut tout arrêter à cause des relances » 😉 Il faut juste qu’on passe à l’action. Ravie en tout cas de constater que cette technique fonctionne. Merci Martine !

      J'aime

  2. #3 par Raphaël Y. le 6 décembre 2011 - 09:31

    Déjà, être payé ça commence au moment de la signature du contrat. Il faut « mettre le pression » sur le coté administratif, avec un contrat signé dés le début de la mission et un % à la commande (pas un acompte).

    Après effectivement, je relance par email, si pas réponse, téléphone le lendemain, sinon en fonction de la réponse.

    Si malgré tous au bout d’un mois, ce qui est déjà long, ce n’est pas payé. Je commence le cycle lettre AR, …, Injonction de paiement au tribunal…

    J'aime

    • #4 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 11:27

      Tu fais ça avec tous tes clients récalcitrants ? Car si j’applique désormais le contrat signé + acompte (oui, je dis acompte ;-)) avec la plupart des nouveaux clients, je ne peux pas le faire avec les agences : ces missions-là sont « à prendre ou à laisser » – donc je démarre une fois le devis signé. Et ce sont effectivement souvent (mais pas toujours, je ne les mets pas toutes « dans le même panier ») les agences qui doivent le plus être relancées pour la facturation.

      J'aime

  3. #5 par Pascale le 6 décembre 2011 - 09:40

    Personnellement, j’ai opté pour le « portage », c’est la société de portage qui envoie les factures et qui se charge des relances et du recouvrement. Ils ont plus de poids qu’un simple « self entrepreneur ». Et ça me permet de prendre de la distance sur le sujet vis à vis de mon client…C’est un peu cher comme solution, mais ça présente bien des avantages. Sur ce sujet là notamment. Jusqu’ici, tout c’est toujours bien passé…

    J'aime

    • #6 par Pascale le 6 décembre 2011 - 09:41

      Oups ! Coquille… Jusqu’ici, tout s’est toujours bien passé…

      J'aime

    • #7 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 11:31

      Je suis d’accord, le portage simplifie le côté administratif… mais si je mets aujourd’hui en exergue ce point de facturation, c’est qu’il est compliqué particulièrement en ce moment, mais ce n’est pas toujours le cas, heureusement ! Je persiste donc à penser que le portage est cher par rapport aux services rendus… Et ne permet pas de se confronter à la réalité du lancement d’une entreprise. Car dès qu’on quitte le portage, en créant sa société, on se retrouve forcément confronté à certains méchants clients 😉

      J'aime

      • #8 par Pascale le 6 décembre 2011 - 13:30

        Je suis d’accord avec toi, même pour eux, c’est un point très difficile à régler en ce moment. Et d’accord aussi, le portage, c’est cher, mais ce n’est aussi qu’une solution de transition…Quand aux méchants clients…(soupir)

        J'aime

      • #9 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 21:59

        Allez, je ne disais pas ça pour te décourager ! La plupart des clients sont gentils 😉

        J'aime

  4. #10 par mapetitemaisondedition le 6 décembre 2011 - 09:41

    Est-ce à cause de mon passé d’avocate? Toujours est-il que je n’ai aucun état d’âme à relancer et je le fais systématiquement en fin de mois. Je peux mettre mes débiteurs très mal à l’aise et en général, tout est réglé très vite…Même ceux avec qui j’ai de bonnes relations n’y échappent pas. Courtoise, mais ferme, très ferme. Je n’ai pas l’impression de mendier. C’est mon dû, un point c’est tout. Mais la plupart des gens sont corrects et ceux qui se font tirer l’oreille ne recommencent pas. Tout est dans la façon d’aborder les choses…

    J'aime

    • #11 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 11:36

      Je pense en effet Valérie que ton passé d’avocate est un atout précieux. L’art de la négociation n’est pas inné – et il y a deux moments particulièrement délicats dans la vie de tout entrepreneur, qui ne sont pas liés à son domaine d’activité : celui de la négociation d’un contrat et celui du règlement de la facture. C’est seulement entre les deux qu’on peut faire le métier qu’on a choisi 😉

      J'aime

  5. #12 par Irène Guinez le 6 décembre 2011 - 09:47

    Avec un client particulièrement coriace, j’en suis arrivée à la méthode musclée:

    50 mails par jour (avec des comptes différents pour ne pas être spammée) pendant une bonne semaine.
    Avec l’appui de mes 2 enfants, de monsieur et d’une bonne copine (chacun possédant 2 comptes mails différents). Ajoutez, multipliez et ça marche.., le client a pété les plombs et a payé.

    Irène Guinez

    J'aime

    • #13 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 11:37

      Ah carrément ! Je connaissais la méthode de la bate de baseball agitée par un ami pour convaincre un locataire récalcitrant, mais pas celle du spammage en règle ! Why not, puisqu’elle est efficace 😉

      J'aime

  6. #14 par Florence le 6 décembre 2011 - 13:10

    Bonjour Isabelle,
    La freelance dont tu parles aurait pu être moi! C’est usant à la longue. Je relance un client depuis deux mois et demi pour 300 euros! Une paille quand on y pense dans cette institution publique. Je vais mettre autant de temps à avoir mon paiement qu’à faire la mission. C’est navrant! Alors, dès qu’il va m’avoir payée, je vais m’offrir le luxe de lui dire qu’il me raye de sa liste de fournisseurs… et ce sera jouissif!

    J'aime

    • #15 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 21:55

      NE JAMAIS TRAVAILLER AVEC LE SECTEUR PUBLIC… Pour se faire payer, c’est toujours la croix et la bannière…

      J'aime

  7. #16 par Thierry Goemans (@Adjuvamus) le 6 décembre 2011 - 14:19

    Très bonne l’idée de s’échanger les corvées. Lorsque j’appelle pour réclamer quelque chose pour un tiers, je suis plus factuel et moins émotif.
    Donc, demandez à un ami de dire : »Je suis chargé du suivi des comptes clients de Mme Freelance,
    je vois que la facture n° 18 apparaît encore comme impayée dans les livre … »
    Et rendez le service inverse.

    Voici l’un des posts avec les commentaires les plus ingénieux que j’ai pu lire ces derniers mois.

    J'aime

    • #17 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 22:01

      Je suis d’accord avec toi ! Martine, nous te remettons le prix (très honorifique, mais quand même !) du meilleur commentaire du mois 🙂

      J'aime

  8. #18 par Claude le 6 décembre 2011 - 19:35

    Une prestation appartient à la personne qui l’a réalisé. Partant de ce principe (et parce que c’est stipulé dans les devis et les factures), si le règlement ne vient pas assez vite et après relance(s) : je ferme le site internet déployé. Ca suscite immédiatement un vent de panique coté client et le règlement arrive assez rapidement dans la foulée… C’est peut-être extrême mais c’est dissuasif…

    J'aime

    • #19 par Pascale le 6 décembre 2011 - 21:20

      J’ai été amenée à faire ça aussi. L’avantage, c’est qu’on a un levier. C’est effectivement extrêmement efficace.

      J'aime

    • #20 par Isabelle Prigent le 6 décembre 2011 - 22:02

      Je comprends que ce soit dissuasif, c’est effectivement LE moyen radical pour se faire payer… Dommage, je n’ai pas la possibilité d’utiliser de telles méthodes 😦

      J'aime

  9. #21 par Laurence Perchet le 6 décembre 2011 - 22:41

    un peu comme « mapetitemaisondedition », Isabelle, aucun état d’âme à réclamer mes sous. Mais pour ma part, ça doit être mon passé d’agent contentieux en recouvrement de créance qui doit jouer en plein ! Plus sérieusement, je n’ai eu des problèmes d’impayés qu’AVEC les agences de pub ou de com’, bref, ceux qui me sous-traitaient des boulots (jusqu’à 9 mois pour me régler 500 euros d’honoraires !). Les clients directs, les entreprises, eux, ont jusqu’ici été toujours réglo avec moi. Mais je pense que quand on signe avec moi, on voit qu’on doit payer : je verrouille à fond comme Raphaël dès la signature du contrat, quitte même à faire pleurer dans les chaumières « vous savez, je suis indépendante, mes seuls revenus sont mes honoraies, j’ai des charges, l’urssaf et le RSI me font pas de cadeaux etc etc… » Et en général, les gens compatissent et s’exécutent !

    J'aime

  10. #22 par Philippe Schoepen le 18 novembre 2012 - 11:22

    Voici la vision belge des choses, avec un lien vers cette page 🙂 http://www.dekapecopywriting.be/facture-du-crane/ Je lis encore des choses édifiantes auprès de collègues, des délais de 180 jours par exemple, avec un client (grosse boîte) qui utilise toutes les ficelles pour reporter le payement effectif. Paraîtrait que les Américains et les Hollandais sont les plus corrects en la matière. Pour ça, je devrais écrire en anglais ou en néerlandais :-).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :