« J’ai un petit budget, mais…

j’ai besoin d’une newsletter, d’un blog, d’une plaquette, et aussi de refondre une partie de mon site web, et ah, oui d’une fiche technique explicative, juste une page, mais bon, un truc bien écrit. Vous pouvez me faire un devis pour tout ça ? »

Allons-y ! Seulement, tout ça, pour un petit budget, ça finit par faire une somme conséquente. Il est sympa ce client, vous n’avez pas envie de l’assommer avec des tarifs élevés, et puis bon, il y a pas mal de boulot à faire pour lui, alors vous révisez, ligne par ligne, le budget. – 100 € ici, – 30 là…  Au final, vous avez consenti une réduction de près de 1 000 euros, pas mal !

Vous envoyez le devis. Pas de réponse. Etait-ce encore trop cher ? Une semaine plus tard, toujours sans réponse, vous rappelez. Et là, votre client tout guilleret vous répond « Ah oui, je devais vous appeler ! Merci pour votre devis, j’ai réfléchi, je ne vais pas tout faire tout de suite. Pour l’instant je vais me focaliser sur la fiche technique. Vous pouvez m’envoyer le devis, avec juste ce tarif, 80 €, c’est bien ça ? »

Et là, vous comprenez que vous vous êtes fait mener en bateau. Que le client avait bien compris d’emblée que « un petit truc », au milieu d’un gros projet, semblerait tellement insignifiant que vous alliez le brader…

Publicités
  1. #1 par Anaïs le 22 novembre 2011 - 08:12

    Bonjour Isabelle,
    La bonne blague du « petit budget ». Négociation difficile à mener puisque tu sais rarement à quelle sauce le client va te manger 😀
    Dernièrement, un client m’a fait le coup du petit budget : il souhaitait que je baisse encore le prix pour une maquette. Finalement, je n’ai pas baissé le prix et ce client a pris le chemin d’un imprimeur en ligne où tu conçois ta maquette sur leur site web. Tellement moins cher m’a-t-il répliqué ! Mais tellement moins pro lui dit la consultante…

    Toutefois, j’ai déjà travaillé sur des petits budgets où la richesse humaine de l’aventure était telle que cela en valait la peine !

    J'aime

    • #2 par Isabelle Prigent le 23 novembre 2011 - 09:54

      J’adore les clients qui comparent les solutions « sur-mesure » avec le n’importe quoi pour rien du tout proposé en ligne… Tu as eu bien raison de ne pas travailler avec lui !
      Et bien sûr, il y a plein de petits budgets très intéressants ! Mais le « petit budget voleur qui se présente masqué », décidément, je n’aime pas 😉

      J'aime

  2. #3 par iso8859 le 22 novembre 2011 - 08:23

    Cela bien longtemps que je ne détaille plus les devis. Et si le client le réclame je lui explique clairement que non car c’est l’ensemble ou rien, au détail c’est plus cher.

    J'aime

    • #4 par Isabelle Prigent le 23 novembre 2011 - 09:56

      Le fait de ne pas détailler un devis est à double tranchant : le client peut estimer qu’il y avait, comprise dans cette proposition « globale » des prestations qui n’y était pas incluses… Je préfère détailler, mais précise désormais que si les prestations sont choisies indépendamment les unes des autres, le tarif ne sera pas le même !

      J'aime

  3. #5 par Thierry Goemans (@Adjuvamus) le 22 novembre 2011 - 10:44

    D’accord avec Iso8859 – Détaillé ou pas, un devis vaut dans son ensemble.
    A ce que je sache, quand j’achète au détail, même au marché, c’est plus cher que si je prends un lot. Ce prospect était toxique. A oublier… on passe au suivant.

    J'aime

  4. #7 par laurenceperchet le 22 novembre 2011 - 21:40

    C’est toujours ennuyeux ce genre de demande, très honnêtement. Je me méfie, je réponds qu’il faut que le client ou prospect sache vraiment quelles sont ses priorités, je fais un peu de pédagogie, déjà du conseil d’ailleurs en expliquant par rapport à ses besoins ou envies, qu’il faut faire un tri ! Maintenant, je ne devise plus tout, comme avant, où au final, je finissais par faire une grosse réduction comme toi Isabelle, et en définitive, le client ne prend que 20% du devis, pour un poste sur lequel tu as déjà fait une ristourne… C’est comme les jobs récurrents, soit disant, même problème. Tu vises bas en te disant, ce sera tous les mois, et ça se termine au bout du 2ème mois, voire parfois le 1er…

    J'aime

    • #8 par Isabelle Prigent le 23 novembre 2011 - 10:03

      Je rebondis sur « les jobs récurrents » : une amie a été contactée pour une mission freelance à 250 €/jour, sur 3 mois. Quand elle s’est offusquée, sa « recruteuse » lui a répondu « ça fait quand même 5 000 €/mois ! Et c’est garanti puisqu’on s’y engage par contrat ».
      Bien sûr, mais c’est moins cher qu’un CDD chargé avec prime de précarité et congés payés, et moins contraignant que l’intérim, parce qu’on ne choisit pas toujours son intervenant (probablement moins cher aussi d’ailleurs)…
      Bref, nos clients doivent comprendre qu’ils ne peuvent pas gagner sur tous les tableaux !

      J'aime

  5. #9 par Claude le 22 novembre 2011 - 21:57

    Des promesses et des promesses… On a tous croiser ce genre de prospects qui fait miroiter en ensemble de missions et pour bien démarrer cette future collaboration fructueuse demande dare dare une remise : et bien non ! C’est comme au poker, je suis puis j’egalise pour voir : on démarre plein pot et par la suite si il y effectivement un volume d’affaires je fais un effort, et pas forcément que sur le prix mais par des services plus valorises sur le devis accompagne de la précision de la valeur de ce service.

    J'aime

    • #10 par Isabelle Prigent le 23 novembre 2011 - 10:06

      Je ne sais pas jouer au poker, mais ça me donne envie de m’y mettre, tiens 😉 C’est vrai que toute négociation avec nos clients est un jeu entre stratèges…

      J'aime

  6. #11 par Florence le 23 novembre 2011 - 10:45

    Bonjour Isabelle,
    J’ai fait un rêve cette nuit.
    J’ai rêvé d’un client :
    – il savait ce qu’il voulait et ne changeait pas quinze fois d’avis en cours de mission,
    – il répondait au devis (par oui ou par non, mais quelque chose!)
    – il répondait au téléphone quand je souhaitais une précision.
    – il tenait ses promesses « oui, c’est gratuit cette fois-ci mais, promis, ce n’est pas un « one shot », les prochains vous me les facturerez. Nous sommes honnêtes. »
    – il acceptait de verser les acomptes demandés.
    – il payait mes factures en entier … en temps et en heure.
    Et là, je me suis réveillée…

    J'aime

    • #12 par Isabelle Prigent le 28 novembre 2011 - 10:11

      Bonjour Florence,
      Il y a quand même un problème avec ton « client de rêve », non ? « C’est gratuit cette fois, mais » n’est pas le genre d’argument auquel je suis sensible… Nous ne devons jamais travailler gratuitement (sauf quand nous décidons nous-mêmes de faire du bénévolat, mais il faut dans ce cas choisir des causes qui le méritent). C’est comme si on allait chez notre boulanger en lui disant « je ne paie pas cette semaine, parce que je vous tout goûter, mais je vous promets qu’ensuite, je paierai tous les jours pendant 15 ans ! ». Saugrenu, non ? 😉

      J'aime

  7. #13 par Isabelle Abellan le 24 novembre 2011 - 18:53

    Bonjour Isabelle,
    et oui certains sont très malins, ils savent noyer le poisson, nous font miroiter une belle commande alors qu’ils n’ont l’intention de ne commander qu’une petite chose, en générale la moins chère du devis, parce que comme vous l’écrivez très bien, lorsque c’est un petit budget on est prête à faire des efforts et parfois on se fait clairement avoir, pas toujours heureusement !

    J'aime

    • #14 par Isabelle Prigent le 28 novembre 2011 - 09:41

      Bienvenue ici Isabelle !
      Hé oui, on se fait tous avoir une fois… mais normalement pas deux 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :