Donner, jusqu’où ?

L’année dernière, j’ai fait partie d’un réseau, à la Chambre de Commerce. C’était très bien, on avait une réunion par mois, les gens étaient sympas, je m’y suis fait des copains et des clients. Mais pour moi, c’était juste un rendez-vous parmi d’autres, pour me permettre d’avancer professionnellement.

Quand en ce début d’année j’ai vu arriver beaucoup de travail et en parallèle des questions récurrentes – mais restant sans réponse – sur la mutation de ce réseau en association, j’ai  tranché : « j’oublie ces rendez-vous pour cette année ».

Dans ce réseau il y avait des gens très impliqués depuis l’origine. Et aujourd’hui, son éclatement vire au drame. Un vrai drame affectif. Entre celui qui n’est pas écouté, celle qui s’estime agressée… Au milieu, le pouvoir qui censure. Hier, le blog de ce réseau a été supprimé, simplement parce que celui qui en était à l’origine (mais qui avait bien entendu donné des droits d’administration à tous les membres) avait publié un billet « déplaisant ».

Cela me rend triste parce que derrière les critiques il y avait des personnes impliquées, des entrepreneurs qui ont beaucoup donné de leur temps pour la réussite de ce réseau, 
cela me désole parce que sur ce blog supprimé pour un post il y en avait des dizaines d’autres et donc des heures et des heures de travail qui n’ont pas été respectées…
Et cela me met en colère parce que museler la parole du contradicteur, c’est agir en dictateur.

 

 

Publicités
  1. #1 par Laurence Perchet le 29 septembre 2011 - 09:16

    Effectivement Isabelle, cette réaction est assez curieuse. Supprimer carrément un média parce qu’un participant y tient des propos qui déplaisent aux autres, c’est excessif. Mais vu de l’extérieur, je te pose une question Isabelle : n’y avait-il pas un différend que tu n’aurais pu appréhender entre les protagonistes, qui pourrait expliquer une mesure aussi radicale ?

    J'aime

    • #2 par Isabelle Prigent le 3 octobre 2011 - 20:26

      Bonsoir Laurence,
      Il y avait de multiples différents entre les protagonistes, mais adopter une solution aussi radicale que de fermer un blog pour un billet déplaisant reste inacceptable. Digne des pires dictatures et cela me scandalise…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :