Avez-vous pensé arrêter ?

Récemment, au milieu d’un groupe de freelances, une personne a demandé « avez-vous déjà pensé arrêter ? ». Elle a poursuivi par « moi, oui, parce que je travaille plus que quand j’étais salariée, alors que je gagne deux fois moins ».

Elle a raison de se poser la question, évidemment, parce qu’on ne peut pas travailler « pour la gloire », et que si l’argent est un moteur (ou pas !), il est surtout un besoin…

Pour ma part, je n’ai jamais pensé arrêter. Parce qu’au moment où j’ai choisi de devenir freelance, il n’était juste pas imaginable pour moi de rester salariée. C’était à la fois une fuite et un besoin viscéral. J’ai eu de la chance (enfin j’ai su saisir ma chance !) parce que j’avais mon premier client avant de commencer et que j’en ai trouvé deux autres très vite. La deuxième année a été plus compliquée, la troisième s’annonce sous de bons auspices, pour la quatrième, on verra, mais je ne pense pas qu’en tant que freelance on puisse se dire un jour qu’on est « sur des rails ».

Je ne sais pas du tout ce que je ferai dans cinq ans, je n’essaie même pas de me projeter. Mais aujourd’hui je suis sûre d’une chose : je n’envisage pas un instant d’arrêter mon activité en freelance 🙂

Publicités
  1. #1 par Raphaël Y. le 10 mai 2011 - 07:22

    Arrêter non, mais avoir deuxième activité en Freelance sans lien ou presque avec la première, oui ! Pour niveler le problème des revenus qui peuvent devenir très variables.

    Ou comme devenir « slacher » sans le savoir !

    J'aime

    • #2 par Valérie le 10 mai 2011 - 08:48

      J’adhère à la réponse de Raphael ! je fais pour ma part, en plus de mon activité principale de télésecrétaire, beaucoup de conseils sur les réseaux mais encore à titre  » bénévole » 🙂
      Valérie

      J'aime

      • #3 par Isabelle Prigent le 10 mai 2011 - 13:19

        Bienvenue Valérie,
        Il faut faire attention au bénévolat… surtout concernant les réseaux sociaux : un compte Facebook est gratuit, idem pour Twitter and co, et du coup, beaucoup de « clients potentiels » estiment que les conseils sur le sujet doivent être gratuits. Mais non, c’est du temps, donc de l’argent. Il faut facturer Valérie 😉

        J'aime

    • #4 par Isabelle Prigent le 10 mai 2011 - 13:17

      Why not ? Ca risque aussi de multiplier par deux ton travail, si tes clients ne sont pas les mêmes…

      J'aime

  2. #5 par Valouchka le 10 mai 2011 - 12:52

    Bonjour,
    Je suis nouvelle sur ce blog et pas du tout experte en matière de blogging, mais je vais m’y mettre…
    J’envisage une activité en freelance et vos questions m’interpellent. Ce matin, j’étais à un atelier création d’entreprise de pôle emploi et la formatrice nous a fortement recommandé de conserver une activité salariée en parallèle…
    Est-ce que réellement vous travaillez plus et gagnez moins ? Globalement, combien d’heures travaillez vous par semaine ? J’imagine que c’est variable, la formatrice nous a parlé de 70 heures par semaine… cela me parait énorme, non ? De toutes façons, je pense qu’il y a un gain qui n’a pas de prix c’est celui de la liberté.

    J'aime

    • #6 par Isabelle Prigent le 10 mai 2011 - 13:33

      Bienvenue Valouchka,
      Je ne comprends pas bien votre formatrice qui vous conseille de garder une activité de salarié en + des 70h de travail en indépendant chaque semaine ;-))
      Bon, on ne peut pas faire de généralité, mais effectivement, on travaille souvent beaucoup en tant que freelance. 70h/semaine me semble quand même une estimation haute. Pour ma part, je travaille environ 50h, je pense, mais pas forcément aux horaires classiques de bureau (en général : 9-18h en non-stop, puis 21h jusqu’à… ça dépend de mes missions du moment). Le mercredi matin, j’essaie de ne pas travailler. Mais je travaille toujours – un peu ou beaucoup – le week-end. Je n’ai pas cette impression de course après la montre que peuvent avoir les salariés : je ne rate jamais l’heure de la garderie le soir, le matin je ne jette pas ma fille dans les bras du personnel de la crèche, comme certains parents le font par obligation (5mn de perdues = 1 train raté = 15 mn supplémentaires perdues en attendant le train suivant, je l’ai vécu aussi avant….). Bon, je pourrais disserter pendant des heures, mais il faut avoir en effet à l’esprit que 1. on travaille beaucoup, mais quand on veut/peut et 2. on peut gagner moins au début (il faut trouver ses clients, définir ses tarifs, savoir estimer le temps passé sur une mission, et ce sont des ajustements permanents, au moins la première année), mais il faut toujours cibler de gagner plus qu’en tant que salarié (moi, ça me motive !) et surtout, toujours avoir à l’esprit que la même somme qui tombe à chaque fin de mois, c’est définitivement terminé. Et cela peut être compliqué de s’y habituer.

      J'aime

  3. #7 par laurencperchet le 11 mai 2011 - 09:57

    Oui, Isabelle, je me suis posée la question d’arrêter quand, non pas comme la personne de ton groupe, je travaillais autant que mon temps salarié pour gagner deux fois moins, mais quand j’ai compris que je devais travailler deux fois plus que mon temps salarié en gros pour gagner autant.
    La question est la suivante : comment gagner mieux sa vie en travaillant, soit autant, si on sait tenir le rythme de 7 jours sur 7 à 90% de l’année grosso modo, soit la même chose en travaillant quand même moins, c’est à dire en libérant au moins TOUS ses week end de l’année par exemple ou… la plupart ?
    Malgré les nombreux conseils de notre ami Dominique sur le blog des freelance, et que je salue au passage, qui sont de bon sens surtout, et bien que j’ai essayé d’en appliquer quelques uns (ben oui, quand même…),et j’ai dû me rendre à l’évidence, être freelance c’est un état d’esprit et une remise en question perpétuelle ! Pour soi, pour les clients, jamais de répit !
    Chaque début d’année démarre avec les compteurs à zéro. Si on est heureux, c’est que tout va bien, on est dans une logique de combativité, si ça commence à nous peser, si on se dit qu’on ne va pas y arriver (à payer ses charges, à faire de simples projets à 6 mois), il faut se poser la question de savoir si l’indépendance nous convient vraiment.
    En gros, il faut essayer pour savoir, savoir si on est capable d’être son propre employeur, d’être un chef d’entreprise pour soi, et pourquoi pas pour d’autres que l’on peut embaucher.

    J'aime

  4. #8 par Céline le 18 mai 2011 - 12:21

    Bonjour Isabelle,
    Il est vrai que si je travaille plus (en nombre heures hebdomadaires) qu’auparavant pour le même salaire, j’y ai quand même énormément gagné en qualité de mes conditions de travail.
    Et ça, je ne suis pas prête d’y renoncer !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :