Vous faites rêver vos clients ?

Stéphanie a évoqué ce thème dans un commentaire en début d’année.

Et j’ai réalisé que je ne faisais jamais rêver mes clients. C’est un fait. Sans doute parce que pour moi, « être pro », c’est être « carré ». Répondre à la demande, anticiper les questions, lever les zones d’ombre… Travailler. Et ne surtout pas laisser penser que quelque part, il y a de la magie !
Je crois que j’ai toujours travaillé comme ça, même si je ne l’avais pas analysé jusque là. Un objectif, un résultat, du concret, toujours…

Mais ma façon de voir est probablement assez « à part » dans mon métier. Je considère que je suis un médiateur, qui fait en sorte que le message passe de l’émetteur à sa cible, et de plus en plus souvent, depuis que je fais du community management, j’essaie de proposer à la cible et l’émetteur de converser. C’est ça qui me plaît le plus dans mon métier !

Je n’ai jamais imaginé me transformer en espèce de diva de la com’, comme l’était la première dircom avec qui j’ai travaillé en stage, une hystérique qui venait de la haute couture et ne connaissait rien à son propre métier… Elle avait visiblement eu l’habitude de se partager entre petits-déjeuners d’affaires, déjeuners clients, dîners du même acabit, pendant que des petites mains exécutaient les « basses tâches » à sa place. Elle ne savait même pas se servir d’un ordinateur !

Régulièrement, pourtant, j’ai entendu des remarques, pas critiques, juste étonnées, me disant que je ne correspondais pas à la caricature des communicant(e)s… jusqu’à il y a quelques mois, quand un prospect m’a dit sur un ton plutôt acerbe qu’il ne comprenait pas que je ne connaisse pas sur le bout des doigts les adresses « fashion » près des Champs ! Evidemment, et tant mieux, nous n’avons pas travaillé ensemble 🙂

Publicités
  1. #1 par Anne de Rozières le 21 février 2011 - 10:22

    Esprit réseau… As-tu mis en relation ton prospect et ta dircom hystérique ? 😉 😀

    J'aime

    • #2 par Isabelle Prigent le 6 mars 2011 - 22:05

      Mmmmm… Trop tard pour eux, mais je penserai aux connections entre personnes désagréables, j’aimerais bien savoir ce que ça donne 😉

      J'aime

  2. #3 par Thierry Goemans le 21 février 2011 - 11:36

    Il faut imaginer beaucoup pour réaliser suffisamment. Partant de cette sentence, chère aux entrepreneurs, on pourrait se dire qu’un communicant qui ne fait jamais rêver son client pourrait aussi peiner à séduire la cible. Isabelle, lors d’un récent déjeuner de freelances pendant lequel on évoquait des dysfonctionnements dans le relationnel avec les clients tu as eu cette saillie assez ferme : »je déteste ceux qui mettent de l’affect dans le business ». Je pense que cette affirmation, doit être nuancée. Tu fais fantasmer tes clients, comme moi ou d’autres, sinon tu n’en aurait pas. En outre, comment ne pas mettre un peu de son coeur, dans ton métier, sans tomber dans le plan de com. froid, dont le public se détourne?
    A n’en point douter, tu fais rêver, même si, tu es à présent capa.ble de mettre le curseur du professionnalisme a un niveau différent selon ton interlocuteur. Celui qui t’utilise bien aura donc davantage de spontanéité de ta part que ce prospect qui galvaude les d’opportunités que tu lui offres. Continues à nous faire rêver.

    J'aime

    • #4 par Isabelle Prigent le 6 mars 2011 - 22:12

      Ton commentaire m’aura fait pas mal réfléchir. D’autant que j’ai entendu cette semaine un client, qui était déjà une relation auparavant, me dire « ce n’est pas vrai de dire qu’il n’y a pas de sentiments dans les affaires ». Bref. Je me protège sans doute parce que j’ai autrefois fait confiance à des personnes pas forcément très fiables. Donc je fais attention. Je fais rimer froideur et professionnalisme (pas facile, hein ?;-)) et au fil du temps, la confiance s’instaurant… Mais je ne veux pas faire rêver, non. Juste donner ce que je peux donner 😉

      J'aime

  3. #5 par SW le 28 février 2011 - 00:04

    Hello 🙂
    Retour de vacances, et je tombe sur un lien vers moi sur ton blog !!!

    J’ai eu du mal à me rappeler de quoi tu parlais, et oui, c’était un sujet amorcé dans « Je ne l’ai pas convaincu ».

    Sans vouloir incarner « une diva de la com » ou quoi que ce soit d’aussi étiquetté, j’entretiens beaucoup de  »  » sentiments  »  » autour de mon nom chez les autres. C’est à la fois travaillé et irrationnel.
    Quand c’est travaillé et que la collaboration s’opère, je suis heureuse d’avoir été « magique » pour autrui, mais plus comme facilitatrice que comme machine à rêves qui a produit.
    Quand c’est l’échec, je suis lucide sur la promesse que j’ai créée et qui ne s’est pas réalisée.

    En revanche, j’admets que je me définirai pas professionnellement comme toi. Je n’arriverai en aucun cas à être neutre et purement « carrée » comme tu dis. Un ami me répète souvent en souriant qu’il m’a toujours imaginée parfaite un dossier de presse entre les mains dans un parterre de VIP, et pour moi c’est un vrai compliment. D’un certain point de vue je peux frôler la caricature, mais ceux qui ont franchi la ligne blanche je les connais aussi, et je sais en quoi je me différencie d’eux.

    Au final, j’ai surtout besoin de clients que je puisse admirer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :