« Madame, Madame, ça va pas ! »

Depuis le 31 mai, date à laquelle des travaux ont commencé chez moi, je crois qu’il ne s’est pas passé une journée sans que j’entende cette phrase prononcée sur tous les tons…

La première fois, évidemment, j’ai cru que le toit allait nous tomber sur la tête, puis au bout de quelques jours, j’ai compris que tous les problèmes annoncés étaient mineurs et avaient une solution. Donc désormais, je reste stoïque, je vais constater « ce qui ne va pas » et je demande quelles solutions sont envisageables. Ils en ont toujours plusieurs, et je leur propose de mettre en oeuvre celle qui leur convient le mieux.

Evidemment, cela me fait aussi me poser des questions sur mon propre comportement vis-à-vis de mes clients. Je crois que quand j’étais salariée, j’étais pire que mes ouvriers du bâtiment. Je m’investissais beaucoup, et estimais en permanence que je ne recevais pas assez de reconnaissance. Donc j’avais tendance à en rajouter concernant les difficultés rencontrées pour boucler tel ou tel dossier. Ce qui évidemment, n’intéressait pas mes chefs, qui voulaient juste constater que c’était terminé dans les temps 😉

Le coaching m’a beaucoup aidée à prendre du recul sur mon attitude par rapport à mon travail. Et comme en plus aujourd’hui je suis bien dans mes pompes parce que j’aime ce que je fais, il ne me viendrait jamais à l’idée d’aller expliquer en détails à un client pourquoi la mission qu’il m’a confiée était compliquée !
Pourtant, il m’arrive régulièrement (bon, pas trois fois par semaine, mais de temps à autre !) de rester perplexe en recevant un mail « comment vais-je faire ça ? ». Du coup, je réponds que je vais le faire pour « dans une semaine » par exemple, pour me laisser le temps de trouver une solution au problème. En général, quelques recherches dans Google suffisent !

Publicités

, , ,

  1. #1 par laurenceperchet le 22 juillet 2010 - 11:54

    bonjour Isabelle,
    je pense que ce n’est pas seulement le coaching qui t’a aidée à prendre du recul, mais l’expérience, tout simplement, ne penses-tu pas ?

    J'aime

    • #2 par isabelleprigent le 26 juillet 2010 - 21:17

      Franchement, le coaching m’a fait comprendre en quelques mois certains « dysfonctionnements » que dix années d’expérience ne m’avaient pas permis d’identifier.
      Notre cerveau n’est pas vraiment formaté pour prendre du recul sur ce que l’on estime bien faire, alors que le coaching permet de se poser les bonnes questions et surtout d’y apporter des réponses !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :