Je te donne, tu me rends ?

Il y a quelque temps, l’un de mes contacts m’a appelée, me disant qu’il m’avait recommandée à plusieurs personnes. Je l’ai remercié, car effectivement c’était très sympathique de sa part, mais je ne m’attendais pas à être contactée par l’une ou l’autre de ces personnes. Probablement parce que je ne crois pas à ces recommandations, un peu lancées « en l’air » par des gens qui ne savent pas forcément bien ce que l’on fait, à des gens qui n’ont pas forcément besoin de ce type de prestation…

Contre toute attente, j’ai été contactée. Par une personne qui croyait que j’allais prendre immédiatement fait et cause pour elle et travailler… bénévolement ! Une fois la situation éclaircie, j’ai quand même compris que mon contact, malgré sa bonne volonté et son intime conviction selon laquelle j’étais LA personne qui allait pouvoir l’aider, n’avait pas de budget. Que faire dans ce cas-là ? J’ai écourté la conversation, c’est-à-dire mis fin à une tentative de négociation qui n’augurait rien de bon, promettant un devis. Ce que j’ai fait. Et je n’ai plus jamais eu de nouvelles.

Mais la personne qui m’avait recommandée, que j’ai remerciée (en l’informant simplement par mail « Z m’a contactée, je lui ai fait un devis »)  s’est  offusquée du fait que je n’avais pas inclus ses prestations (rien à voir avec le sujet, pourtant !) dans ma proposition.

Je me suis excusée, pour la forme et pour éviter des explications sans fin, mais ce genre de situation m’agace profondément. Quelle perte de temps et d’énergie ! Mais que faire ? Refuser les mises en relation ? Systématiquement ou dans certains cas ? Lesquels ? …

Publicités

  1. #1 par Ema le 5 juillet 2010 - 07:53

    Une bien triste histoire. Personnellement, j’ai été contactée pour écrire des articles rémunérés…j’engage toujours les personnes qui reçoivent ce genre de messages à vérifier les coordonnées (adresse tel) de la personne.

    Mais c’est vrai que parfois, on se sent… moche après!
    A bientôt Ema

    J'aime

  2. #2 par Valérie Rocheron le 5 juillet 2010 - 09:12

    Travailler bénévolement? Il y en a qui croient à la réincarnation de Boudha! Pour le reste, cette histoire est édifiante sur la petitesse d’esprit de certains…

    J'aime

  3. #3 par Lépissier le 5 juillet 2010 - 09:37

    Passe ton chemin face à ces gens qui n’ont pas compris comment tout cela fonctionnait, et affine encore et toujours plus ta manière de présenter ta méthode de travail.
    Car si d’un côté, cette personne est indélicate et croit encore au père noël, d’un autre côté, elle ne t’a pas présenté aux autres comme quelqu’un pouvant travailler bénévolement, par hasard 😉

    J'aime

  4. #4 par parlonschangement le 5 juillet 2010 - 11:14

    Une seule solution: « qualifier » ses contacts c’est à dire savoir avec qui on est en relation avant de mettre des gens en relation entre eux. On peut donner un conseil ou un « tuyau » mais dès qu’il s’agit de service rendu, il doit être rémunéré soit par un échange de services, soit par un paiement monétaire. Son propre positionnement doit donner le signal que l’on ne fait rien « gratuitement », ce qui est une loi fondamentale de la vie humaine ! Les soi-disant « altruistes » cachent en fait de grandes turpitudes. Ce qui est moteur c’est l’échange !

    J'aime

  5. #5 par Solange Hémery-Jauffret le 5 juillet 2010 - 15:44

    Je ne suis pas tellement étonnée par tes propos. Les clients pensent toujours qu’on n’est pas cher, voire qu’on travaille bénévolement et certains partenaires pensent pouvoir se faire de la marge sur notre dos. J’essaye avec mes partenaires de mettre les choses à plat et quand je spécifie que lors des mises en relation, je ne prends pas les 20% habituels (on ne l’a proposé la semaine dernière), il y a encore des personnes étonnées. Je crois bien plus à un réseau qu’on promeut parce que les différentes partenaires sont bons dans leur domaine. Et c’est tout benef pour nous : notre client est heureux de nous avoir fait confiance et du résultat du boulot sans se sentir arnaquer. Pourquoi ne renviendrait-il pas la prochaine fois ?

    J'aime

  6. #6 par laurenceperchet le 5 juillet 2010 - 16:16

    Dans cette histoire, ce qui est vraiment hallucinant, c’est que ton interlocuteur puisse imaginer que tu vives d’eau fraîche Isabelle. Moi je lui aurai carrément retourné l’argument : « Madame, ou Monsieur, vous ne recevez pas un salaire en fin de mois ? »

    Quant à la personne qui cherche à se faire de la gratte sur ton dos, à moins que ce soit le PDG d’une grosse société qui implique que tu t’excuses platement, moi j’aurais dit carrément la vérité en lui disant que je ne pouvais pas me douter qu’un simple coup de fil de sa part à quelques uns de ses contacts devait entrainer une commission de 30% sur mes devis.

    ou encore, je lui aurais rétorqué que quand on parle business, il faut être clair, dès le départ.

    J'aime

  7. #7 par Aurélie le 5 juillet 2010 - 16:53

    La personne qui t’a « recommandée » est un mauvais réseauteur en affaires…je ne vois pas comment ce genre de démarche qui consiste purement et simplement à « forcer la main » peut fonctionner, ou alors c’est forcément sur un malentendu comme dirait Jean-Claude Dusse). J’espère pour elle qu’elle changera de méthode !

    Effectivement, quand quelqu’un vous recommande, la solution serait de bien se mettre d’accord au départ sur ce que cela implique pour l’autre afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

    J'aime

  8. #8 par Valérie Rocheron le 5 juillet 2010 - 19:27

    Il y en a qui veulent le beurre, l’argent du beurre et l’auto-entrepreneur…

    J'aime

  9. #9 par isabelleprigent le 5 juillet 2010 - 21:33

    @tous : j’aime bien vos points de vue, tous différents 😉
    @Ema : C’est le fait de faire du publi-rédactionnel qui te pose problème ? Pour ma part, ça ne me gênerait pas, à deux conditions : que l’on ne me demande pas de parler de quelque chose de complètement contraire à mes valeurs, et que je puisse mentionner de manière bien visible dans mon billet qu’il s’agit de publi-rédactionnel. Tiens, ça me fait penser à une pub toute bête aujourd’hui dans le métro, taggée de « la pub, parce que vous l’avalez bien » ;-))
    @Valérie : nous avons eu l’occasion d’échanger ce midi, donc tu sais ce que je pense de tout ça 😉
    @Fabrice : ravie de te retrouver ici, ça faisait longtemps !
    @Hervé : je ne serais pas aussi radicale que toi, je peux rendre service sans attendre un service en retour… mais bien entendu, il ne faut pas abuser, ma « gentillesse » a ses limites !
    @Solange : je procède comme toi – je donne des noms, mets en contact les gens, je sais que de cette façon, tout le monde est gagnant, mes clients, mes partenaires, et moi aussi !
    @Laurence : je crois à l’inverse que je n’aurais pas pris de gants avec le PDG d’une grosse société 😉 Un free aux revenus plus aléatoires peut à mon avis être plus facilement tenté de mettre en relation moyennant rémunération… et il est aussi plus excusable, non ? Je sais également parfaitement que personne ne croit que l’eau fraîche me suffise… mais je crois que dans notre société beaucoup de gens se disent que « qui ne tente rien n’a rien » et ne se gênent pas pour « tenter » au détriment du voisin !
    @Aurélie : oui, je rêve du jour où tous ces gens qui prennent des « cours de réseautage » comprennent vraiment de quoi il s’agit et arrêtent de se comporter comme des Jean Claude Dusse 😉
    @Valérie : très bien, ton mot de la fin, merci !

    J'aime

  10. #10 par laurenceperchet le 5 juillet 2010 - 22:35

    Tu as raison Isabelle, particulièrement en ce qui concerne le métier de communicant, beaucoup tentent le coup de nous faire travailler bénévolement. C’est drôle, on n’imagine pas ne pas payer son médecin, son pharmacien, son dentiste, l’architecte qui fait les plans de notre maison… La différence ? c’est simple, nous, on s’amuse en travaillant non ?

    J'aime

  11. #11 par swcfrance le 5 juillet 2010 - 22:54

    A ne rien comprendre.

    Tout le monde veut tout gratuit. Ca ne peut pas fonctionner.

    J'aime

  12. #12 par SW le 6 juillet 2010 - 15:57

    Je suis à deux doigts de ne rien comprendre de toute cette histoire, mais ce qui est certain, c’est que je ne risque pas d’editer des devis avec des prestations qui ne sont pas les miennes.
    Je ne sais pas si c’est « ça » avoir un partenaire, je n’en ai pas et je ne risque pas d’en prendre.
    En revanche je suis passionnée et potentiellement intarissable sur les membres de mon réseau dont j’admire le savoir-faire, et si je leur apporte du business (et pas des boulets), j’en suis fort aise. Pas de commission, pas d’infos ne me regardant pas, la vie sera assez longue pour s’assurer que j’ai bien fait !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :