Portrait : Christie Vanbremeersch, « accoucheuse de livres »

Christie co-organise avec Anna les petits-déjeuners « Ecrire pour… ». Je ne la connaissais pas avant ces petits-déjeuners, mais dès la première fois, après l’avoir écoutée, j’ai eu envie de lire son blog, d’en savoir plus sur elle. Mais je n’avais pas osé lui demander de répondre à mes questions.
C’est Valérie, qui, après lecture du portrait d’Anna, a demandé celui de Christie. Alors je me suis empressée de le lui demander. Elle a préféré répondre de vive voix à mes questions. Il y eut donc une conversation téléphonique, avec mon crayon qui tentait de suivre ses paroles, puis se relevait lorsque je lui posais des questions, puis tout à son écoute (bah oui, mon crayon écoute aussi, quoi ?) en oubliait de noter… Bref, j’ai apprécié l’échange et l’exercice, parce que j’ai le sentiment de (presque) connaître le poids de chaque mot écrit ci-dessous !

Prénom, métier, âge et parcours en une phrase

Christie, « accoucheuse de livres », 35 ans ½, j’aide les gens à ce que leurs livres adviennent : soit ils écrivent et moi je les aide à porter le cadre et « j’accueille le bébé », soit c’est moi qui écris le premier jet – mais eux  me donnent la matière, puis relisent, réécrivent, bref travaillent presque autant que moi ! A part ça, j’écris depuis que je suis toute petite, je fais ce métier depuis neuf ans, et je suis diplômée de HEC.

Depuis quand as-tu créé ta société ?

En 2001. C’est un rêve d’enfant pour moi, avoir mon entreprise.

Quel statut as-tu choisi ? Pourquoi ?

Mon père et ma tante avaient fondé leur SARL et sur leurs conseils, j’ai opté pour le même statut. Et puis vu mon caractère et ma proximité affective avec mes clients, je trouvais ça bien de pouvoir me distinguer « moi » de « ma société ».

Pour quelle(s) raison(s) as-tu choisi de créer ton entreprise ?

C’était mon rêve, mais avant de me lancer je n’avais pas d’idée de création et j’ai essayé deux ans le salariat. Cette expérience m’a rendue très malheureuse. Entre autres difficultés, je peinais à trouver un sens à ma présence dans les entreprises qui m’employaient…

C’est quoi, ta journée-type , si ça existe ?

Je crois que ma journée idéale, ce serait un lever vers 6h, puis travailler jusqu’à 7h30, petit dej en famille et trajet vers l’école avec mes filles et mon chien, puis tranquille prendre un café avec mon homme ou une copine, ensuite écrire pour mon blog, travailler encore 1h, 1h30, choisir un déjeuner qui me ferait plaisir (avec mes enfants, ou faire du sport : yoga, piscine, ou déjeuner avec quelqu’un que j’aime bien). Ensuite, deux heures de RDV, ou de travail chez moi, puis j’irais courir. Je ne suis pas une très grosse bosseuse. Je dois toujours trouver le moment et l’endroit pour travailler, chaque livre et chaque client a ses particularités. En ce moment j’écris un romanagement (roman d’entreprise) et celui-là, je n’arrive bien à l’écrire que la nuit de 4 à 6 heures du matin. C’est épuisant mais efficace… En fait, le mieux, ce serait de pouvoir travailler le plus vite possible, avec le plus de plaisir… et j’y parviens, mais écrire cela se fait pour moi forcément un peu dans la douleur.
Parfois, de 6 à 7, le soir, je vais dans un café et je prends un cocktail, et je sais qu’alors je vais bien bosser. J’aime travailler la nuit, j’aime aussi aller lire des textes dans un parc ou au café… Donc surtout pas de journée-type, j’ai besoin que ce soit un peu « olé olé » 😉

 Si tu te projettes dans 10 ans, tu imagines quoi ?

Rien ! Je n’ai aucune intelligence projective, mais des rêves, celui d’une maison sur la Rance, en Bretagne, par exemple.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer ?

De prendre un coach ! J’ai d’abord été coachée par mon mari, et j’ai augmenté mon CA de 40 %. Ensuite, j’ai été coachée par un coach professionnel, et la croissance de mon CA a été de 250 %. Un coach te sort de toi-même, t’enlève tes limites, m’aide à créer et tenir le cadre, je peux lui parler de mes clients… Avoir un coach permet de s’engager autrement qu’avec soi-même.
Je conseillerais aussi à cette personne de monter des projets avec d’autres, de s’associer ponctuellement, de faire des choses qui nous font envie, plaisir, ont du sens. C’est gratifiant d’entreprendre à deux avec des personnes que l’on admire. Je suis très fière des petits-déjeuners que j’anime avec Anna Piot, et heureuse d’avoir une excuse «sérieuse» pour être en contact fréquent avec elle.

As-tu un site, un blog, un profil Viadeo, un mail qui permettrait d’entrer en contact avec toi ?

Mon blog : Plume de vie. Je joue beaucoup avec Facebook, mais c’est privé !

Publicités

, , ,

  1. #1 par Héléne le 11 juin 2010 - 10:19

    L’emploi du temps type ou rêvé de ce portrait fait penser aux vacances.
    Pour moi il m’est nécessaire d’avoir une création proche d’un labeur. Heures fixes de travail puis vagabondage pour nourrir ce travail, lors de la création mes proches ne sont pas dans le périmètre. Il m’est nécessaire de me noyer dans cette création. Beaucoup d’artistes, d’écrivains ont une journée laborieuse afin que la création puisse s’affirmer et progresser.

    J'aime

  1. Que mangerez-vous ce midi ? « Isabelle Prigent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :