Communication et Développement Durable, de l’engagement à la responsabilité

Jeudi dernier, j’ai assisté à la CCI 92, à Nanterre, à la conférence citée en titre, animée par Gildas Bonnel, Président de l’agence Sidièse, et membre (pilier !) du Réseau de l’Image.
Son intervention fut passionnante de bout en bout. Parce qu’il a traité le sujet avec enthousiasme, avec de nombreux exemples à l’appui, en restant permanence en interaction avec le public.

A certains moments, cette conférence m’a replongé dans mon passé, ce moment où, il y a une vingtaine d’années,  j’ai choisi de « plus tard travailler dans la communication ». Les extraits de campagnes qui nous ont été montrés m’ont rappelé pourquoi je m’étais « engagée » dans cette voie : j’avais envie de  convaincre, en travaillant sur les bons messages.
J’ai constaté de nouveau, avec le sourire, que l’époque me correspond (oui, quand je suis sortie de l’école, parfois j’ai douté !) : on chasse le bling bling, on revient à l’essentiel. Aujourd’hui, on peut communiquer en étant fidèle à ses valeurs.

Et puis la responsabilité : oui, nous sommes responsables des messages que nous diffusons. Notre rôle est important, essentiel vis à vis de nos clients. Nous devons proposer, guider, expliquer, refuser certaines orientations.

Bon, je m’égare et ne suis pas du tout en train de vous faire un résumé de cette conférence. Elle portait sur la RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale), vaste champ d’action : les entreprises doivent s’impliquer dans ce domaine, les communicants doivent les accompagner, en échangeant avec tous les interlocuteurs, en travaillant sur les messages, en se focalisant sur les « vraies valeurs », les valeurs durables…

Gildas nous a rappelé certaines campagnes assez récentes (qui se souvient de la crème fraîche Babette ? La campagne a fait croître les ventes de 30 %… pour ma part, je m’étais engagée à ne jamais acheter ce produit ;-)) qui aujourd’hui ne seraient probablement pas acceptées par l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité), des exemples de greenwashing, d’autres de sociétés qui se sont engagées très tôt dans le DD. Egalement des erreurs « de bonne foi » qui font qu’aujourd’hui le grand public ne sait plus qui croire quand on lui parle de développement durable.

En tout cas, j’en suis sortie gonflée à bloc, rassurée sur mes choix, persuadée que la communication a un bel avenir devant elle, car que plus que jamais les enjeux sont essentiels (il en va de l’avenir de notre planète !). Nous les communicants avons devant nous des tonnes de sujets passionnants à traiter !

Publicités

,

  1. #1 par Solange Hémery-Jauffret le 25 mai 2010 - 20:51

    Je te le confirme : on a de très beaux projets à accompagner ainsi que de beaux sujets à traiter en perspective ! La communication responsable m’a permis de redonner du sens à mon métier de communicante 😉

    J'aime

  2. #2 par Gildas le 26 mai 2010 - 22:37

    Sympa Isabelle, ton post me fait bien plaisir ! bises

    J'aime

  3. #3 par geneyton laetitia le 28 septembre 2010 - 19:12

    Merci pour ce post, étudiante en communication me voilà rassurée …

    J'aime

    • #4 par Isabelle Prigent le 28 septembre 2010 - 21:40

      Cela me fait plaisir Laëtitia ! Cela dit, ne vous leurrez pas, toutes les entreprises/agences n’ont pas encore intégré l’ensemble des principes de la communication responsable… mais ça va venir 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :