Portrait d’un (mauvais) réseauteur

Ce portrait est librement inspiré par plusieurs réseauteurs/teuses que j’ai l’occasion de croiser… Seulement croiser heureusement ! Voici une petite liste de leurs défauts (et qualités ?…), n’hésitez pas à la compléter dans les commentaires.

1. Le mauvais réseauteur est opportuniste : il a découvert les réseaux quand il a décidé de changer de boulot ou juste après en avoir trouvé un nouveau

2. Le mauvais réseauteur est très occupé : il pense qu’il doit aller partout pour rencontrer un maximum de monde

3. Le mauvais réseauteur a le sens des chiffres : avant chaque sortie, il se fixe un objectif de nombre de cartes de visite distribuées, et s’y tient quoi qu’il arrive

4. Le mauvais réseauteur a bon appétit : il reste près du buffet car s’il ne rencontre personne, au moins il aura bien mangé

5. Le mauvais réseauteur est curieux : il a toujours dans sa poche une liste de questions, qu’il pose à tout le monde, en se disant que dans la foule, quelqu’un pourra lui répondre

6. Le mauvais réseauteur est sélectif : il ne répond pas toujours à ceux qui le contactent ensuite, parce qu’il craint que ce ne soient des opportunistes

7. Le mauvais réseauteur a bonne mémoire : il peut revenir un an après vers une personne qu’il aura initialement snobée, parce qu’à ce moment précis elle aura quelque chose à lui apporter

Alors, qui a déjà croisé l’un de ces spécimens ?

Publicités
  1. #1 par Youssef le 15 avril 2010 - 08:22

    Oui, bonne liste Isabelle : on en a tous rencontré je crois ! J’ajouterais : intéressé. S’il ne voit pas de bénéfice immédiat à votre contact ou à votre demande, il vous néglige.

    J'aime

  2. #2 par Anne de Rozières le 15 avril 2010 - 09:18

    Il y a aussi celui qui commente sur les blogs uniquement pour « se caser », et qui établit entre l’article et sa petite entreprise des parallèles complètement capillotractés et en dehors de la choucroute. Lourdissime ! 😀

    J'aime

  3. #3 par David le 15 avril 2010 - 15:37

    Ce qui me fait penser, allez voir mon site: capillotracté.com

    Sur un ton plus serieux: très bonne liste, ca fait réfléchir. Tu devrais aggrandir la liste a 15.

    .. faut il vraiment se tenir loin du buffet 😦

    J'aime

  4. #5 par Thierry le 15 avril 2010 - 17:38

    Te souviens-tu Isabelle, d’un monsieur qui, au moment du tour de table de présentation, lors d’une conférence petit-déjeuner, s’est levé et a demandé à se présenter en premier, parce que « après, il ne pouvait pas rester … un RDV avec quelqu’un de très important l’attendait ». Ben et nous, on comptait pour des prunes ? Ca m’était resté en travers et j’en avais parlé sur mon blog à l’époque.

    J'aime

  5. #6 par Valérie Rocheron le 15 avril 2010 - 19:02

    J’en ai plusieurs exemples sur Facebook. Là sévit l’opportuniste, capable de te balancer sa « page » dès sa demande « d’amitié » acceptée, sans même se fendre d’un bonjour…Ce type de réseauteur a des centaines d’amis très très variés et quand tu vas sur son mur, il n’y a rien d’autre que des actu sur sa précieuse et inintéressante personne…Pas d’échange, rien. Je les vire généralement aussitôt la page balancée…

    J'aime

  6. #7 par isabelleprigent le 15 avril 2010 - 21:50

    C’est marrant, spontanément je n’avais pas pensé aux réseauteurs en ligne, mais vous avez raison, je vais les ajouter, ils ont aussi leurs caractéristiques bien pénibles 😉
    @Anne : Lol ! Tu as raison, le commentateur de blog expert en « capillotractage » est insupportable
    @David : bienvenue ici et… pourquoi 15 ? 😉
    @Thierry : je me souviens très bien de l’attitude inqualifiable de ce type, mais ni de sa tête, ni de ce qu’il nous avait dit… Ma mémoire est sélective 😉
    @Valérie : bienvenue également ! Merci les amis sur Facebook, en effet ! Récemment, j’ai eu une demande « d’amitié » de quelqu’un qui voulait avoir accès à ma page Facebook pour lire… ce blog. Dans le genre n’importe quoi, c’est pas mal aussi…

    J'aime

  7. #8 par Noémie le 16 avril 2010 - 07:58

    Bonjour Isabelle,

    Depuis que j’ai lu ton billet hier, il me trotte dans la tête. Ça m’amuse d’ailleurs, car cela me fait penser à ton autre papier : « Ces petites phrases qui nous trottent longtemps dans la tête ». 🙂

    À la première lecture, j’ai ressenti un léger malaise. J’avais la vague impression de m’y reconnaître un petit peu. La nuit portant conseil, je peux j’espère aujourd’hui écarter les points 2, 3, 5, 6 et 7. Restent alors les 1 et 4, si tu as bien suivi. 😉

    Peut-être vais-je me faire l’avocat du diable, mais je clame l’indulgence pour ces malotrus* ;-). Parce que « réseauter » ça s’apprend! Ce n’est pas forcément inné, on peut effectivement y venir sur le tard (d’où l’impression d’opportunisme). Ne sont pas si loin, en ce qui me concerne, les années où je n’avais même pas conscience de ce qu’était un réseau**, que c’était essentiel, qu’il était important de l’entretenir, le développer, etc. Naïve? Oh que oui! J’associais ça au « piston » ou au « copinage » et voyais ça d’un mauvais œil. Il me semblait alors que certaines personnes accédaient à des postes ou remportaient des missions sans avoir particulièrement les compétences requises… Trop injuste 😉

    Depuis, j’ai heureusement bien saisi combien, professionnellement parlant, le réseau est décisif. Pourtant, le « réseautage » reste encore un exercice difficile.*** D’où le pied de grue près du buffet… ce n’est pas que j’ai bon appétit, c’est qu’il est aussi un point névralgique pour entamer la conversation. 🙂

    * À la réflexion, j’en ai croisé quelques spécimens également! 🙂
    ** Et puis je débarquais de ma province à Paris sans connaître personne.
    *** Je vais de ce pas m’allonger sur un divan, car il doit bien y avoir derrière ça la crainte de déranger ou un sentiment d’illégitimité! 😉

    J'aime

    • #9 par isabelleprigent le 17 avril 2010 - 21:37

      Hello Noémie,
      Désolée de t’avoir inquiétée 😉 J’ai oublié de préciser que j’étais également une très mauvaise réseauteuse « dans les soirées » : non seulement je m’installe près du buffet, mais je parle exclusivement avec ceux que je connais déjà.
      Bref, mes (bonnes) soirées réseaux se transforment en soirées entre amis, en petit comité 😉 Je déteste le jeu du réseau, l’elevator’s pitch, passer d’un groupe à l’autre, etc, mais je radote, car j’ai déjà raconté tout ça ici !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :