Je n’aime pas l' »elevator’s pitch »…

Se présenter en 1, 2 ou 5 minutes, en précisant son nom, le nom de son entreprise, et en quoi nous sommes utiles à nos clients… J’ai refait l’exercice jeudi dernier lors de la soirée « Printemps de l’entreprise » de la CCIP et décidément, je n’arrive pas à m’y faire. Avant mon tour, je réfléchis à ce que je vais dire. Quand c’est mon tour, je débite mon discours à la vitesse de l’éclair, et quand c’est fini, je suis tellement soulagée que… j’en oublie d’écouter les autres, que je n’avais pas écoutés avant, puisque j’étais en pleine concentration !

Donc cet exercice est pour moi tout sauf un échange. Et puis je n’aime pas son côté « obligé ». Pourquoi je forcerais des gens qui n’en ont rien à faire à m’écouter (l’inverse étant vrai ;-)) ? J’ai donc réfléchi aux conditions idéales pour parler business et finalement, pour moi, ce sont les mêmes que celles où on parle tout simplement… Autour d’une table ! Pour moi, le vrai échange, c’est une conversation, idéalement autour d’un café ou encore mieux d’un repas, dans un lieu convivial. En fait, je suis une vraie Française, qui mélange allègrement business et bonne bouffe.

Tous les endroits où je me suis sentie comme un poisson dans l’eau sont des endroits… où l’on mange (je ne dis pas « et bois »,  je ne bois que de l’eau !!)… Je me souviens très bien du saumon cuit à l’unitérale, agrémenté de petits baies roses, lors du premier déjeuner partagé avec l’un de mes clients (un délice ! Un client qui connaît les bonnes adresses, c’est quelqu’un avec qui je pourrai bien travailler dans la durée ;-)) et je me réjouis déjà en pensant au jus d’orange pressé du café Malongo… J’assiste demain au petit-déjeuner d’Anna et Christie !

Au copain à qui j’ai dit vendredi matin « décidément, l’elevator’s pitch, je ne m’y fais pas  » et qui m’a répondu « va voir un psy ! » (sur le ton de la plaisanterie, hein !)… j’aurais peut-être dû répondre « un psy, je n’en sais rien, mais un nutritionniste, pourquoi pas » !

Publicités
  1. #1 par laurenceperchet le 12 avril 2010 - 12:28

    Je ne peux pas m’empêcher de penser que certaines nouvelles méthodes de recrutement ou de présentation de ses compétences ou activités sont devenues… artificielles. C’est bien d’avoir essayé de jouer le jeu, Isabelle, mais, moi ce genre de truc, je zappe. Pour ma part, je pense que ça ne sert strictement à rien, sinon une fois de plus à se poser des questions sur nous même, à nous dire que décidemment on n’est pas dans la course, etc etc… moi aussi je préfère de loin les déjeuners conviviaux où les masques tombent et où on découvre les vraies personnalités, et vraies affinités !

    J'aime

    • #2 par isabelleprigent le 12 avril 2010 - 19:58

      Ca m’intéresse que tu me racontes à l’occasion comment tu vas prospecter quand tu auras déménagé. C’est vrai que je n’aime pas ces méthodes artificielles (c’est effectivement le mot qui convient !) mais je me dis que peut-être parfois, c’est un passage obligé… non ?

      J'aime

      • #3 par laurence le 13 avril 2010 - 12:04

        et bien honnêtement je suis en train de réfléchir à la façon dont je vais m’y prendre pour prospecter. je me suis inscrite sur un réseau d’entrepreneur de la région loire à partir de viadéo (donc réseau Internet), après, je pense très honnêtement taper dans le dur, comme je faisais par le passé, avec sans doute un emailing personnalisé avant ou après un contact. De toute façon, je pense qu’on connait ses forces et faiblesses. Personnellement, je suis à l’aise avec le téléphone pour expliquer ce que je fais et qui je suis (mais 3 années de plate forme téléphonique à mon actif, ça compte aussi !). Le gros pb est qu’il faut choisir le bon moment ! Car les gens sont souvent débordés maintenant en entreprise ! Je comprends et en même temps, pour avoir été de ce côté là de la barrière, si on arrive à accrocher son interlocuteur, il sort la tête du guidon 10 minutes pour t’écouter et raccroche en se disant « tiens, intéressant ce type ou cette nana ».

        J'aime

      • #4 par isabelleprigent le 17 avril 2010 - 21:43

        Je connais une freelance qui a quitté la région parisienne pour Rennes et qui a bien apprécié l’aide de la chambre de commerce locale. Le téléphone, j’ai essayé l’année dernière, et j’ai effectivement eu des contacts intéressants, mais qui n’ont débouché sur rien. Cela dit, quand on est motivé, et à l’aise avec l’outil, je suis sûre que c’est efficace ! Tu me tiendras au courant 😉

        J'aime

  2. #5 par Véronique le 12 avril 2010 - 13:47

    Je suis entièrement d’accord avec toi. D’ailleurs, c’est comme cela que nous nous sommes rencontrées 🙂

    J'aime

    • #6 par isabelleprigent le 12 avril 2010 - 20:00

      Oui, très bonne adresse, merci de me l’avoir fait découvrir 😉 Délicieuses pâtes aux cèpes !

      J'aime

  3. #7 par Anne de Rozières le 12 avril 2010 - 22:48

    J’ai beaucoup pratiqué l’exercice il y a quelques années, dans les Speed Business Meetings du Salon des micro-entreprises. Je dois reconnaître que si je trouvais ça efficace, je ne m’y trouvais pas très à l’aise moi non plus. Depuis, les réseaux sociaux ont explosé et je m’y sens beaucoup mieux pour nouer des contacts, qui commencent tout doucement par l’écrit pour se développer au téléphone et enfin se concrétiser.. à table ! 😉 Ça me paraît à moi aussi beaucoup plus subtil et authentique, et qui plus est beaucoup plus voué au long terme.

    J'aime

  4. #8 par Dominique le 13 avril 2010 - 05:11

    Je vous propose d’en parler… à table 🙂

    J'aime

  5. #9 par Aurélie le 13 avril 2010 - 10:30

    Un peu comme toi, je ne me suis pas sentie très à l’aise lors de cet exercice, du moins au début. Après, ça se rôde tout seule et ça devient presque comme une carte de visite orale qu’on tend à son interlocuteur : un outil concis et efficace pour qu’il ou elle se souvienne de nous 🙂
    Pour moi, c’est juste une amorce de relation commerciale, mais ça ne remplacera jamais un échange humain autour d’une bonne table ou d’un verre 🙂

    J'aime

    • #10 par isabelleprigent le 17 avril 2010 - 21:47

      Ca m’intéresse « l’outil efficace pour l’interlocuteur se souvienne de toi »… As-tu eu l’occasion ensuite de retrouver des gens à qui tu t’étais présentée de cette façon et qui s’en souvenaient ? A une soirée de Wiser Earth, on l’avait fait de manière rigolotte en demandant aux gens leur région de naissance, leur plat préféré… Et j’ai encore bien en tête plusieurs de mes interlocuteurs, parce que nous étions tout de suite entrés dans une conversation qui n’était pas artificielle. Alors que le pitch classique, pour moi, entre par une oreille et sort par l’autre…

      J'aime

  1. Saines révoltes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :