Le bon outil de communication, c’est celui avec lequel vous êtes à l’aise

Vendredi soir, 20h. Je suis en train de donner leur dîner à mes enfants, le téléphone sonne. Lorsque je décroche, j’entends une voix claire et affirmée me dire « bonsoir, c’est Valérie Pécresse. Je n’ai pas eu le temps de vous rencontrer au cours de cette campagne, mais j’aurais bien aimé…blabla, si vous voulez en savoir plus, tapez dièse ».

D’abord, j’ai été interloquée. Pendant un quart de seconde, j’ai cru que j’avais été tirée au sort pour dialoguer pour de vrai avec Valérie Pécresse (après tout, j’avais reçu dans la semaine un mail de Laurence Parisot, alors plus rien ne m’étonne !!! ;-)). J’ai écouté la suite du message, que j’ai trouvé particulièrement bien fait. Car on avait vraiment quelqu’un qui s’exprimait, non pas avec un ton de campagne électorale « je suis au micro et je déclame », mais comme n’importe qui qui vous parlerait au téléphone. Il y avait même des petites hésitations, parfaitement bien travaillées probablement !

En l’écoutant, je pensais à Barack Obama, qui restera le premier président élu (en partie !) grâce aux réseaux sociaux.
Alors dans une campagne électorale en 2010, utiliser le téléphone, non mais quelle ringardise, pensais-je en bonne communicante « 2.0 ». Et pourtant. Tout outil de communication, bien utilisé, devient un bon outil de communication. Qu’il soit d’avant-garde ou considéré comme dépassé.
Valérie Pécresse utilise très bien le téléphone.

Si vous vous posez la question de savoir quel outil vous devez choisir pour une communication pertinente sur votre offre… choisissez sans hésitation celui avec lequel vous êtes le plus à l’aise. C’est très probablement celui qui vous rendra le plus performant.

Sérendipité oblige, une heure plus tard, je découvrais le nouveau billet de blog de Thierry, qui raconte les bons résultats de sa prospection… téléphonique !

Publicités
  1. #1 par Anne de Rozières le 15 mars 2010 - 11:08

    Mouais… En même temps, choisir d’appeler une famille à 20h00, perso je n’ai pas très envie d’appeler ça une bonne utilisation de l’outil ! Tu as probablement écouté jusqu’au bout parce que le procédé a éveillé ta curiosité de communicante, mais combien de personnes auront raccroché direct ?

    Autre question : qui avait-elle ciblé ? Toi seule ou ton foyer ? Les électeurs lambda (ton homme et toi) ou la femme chef d’entreprise ? Beaucoup de campagnes de marketing téléphonique s’appuient sur les Pages Blanches (ou Jaunes) bien que ce soit interdit, soit pour économiser sur l’achat de fichiers ciblés, soit… pour les qualifier à bon compte : des locataires n’achèteront jamais de fenêtres à double vitrage donc poubelle, des propriétaires qui écoutent et posent des questions = prospects chauds à ne pas laisser refroidir. CQFD : comme tu as tapé dièse pour écouter jusqu’au bout, 10 contre 1 que tu figures maintenant dans les fichiers de la dame, comme sympathisante potentielle à rappeler ou à qui écrire/e-mailer ! 😀 😀 😀 (je sais ce n’est pas très charitable mais… je me marre !)

    J’ai aussi envie d’ajouter : le bon outil de communication, c’est aussi celui avec lequel le destinataire est à l’aise. En ce qui me concerne, que ce soit Pécresse ou Huchon, les fenêtres Bidule ou les cuisines Machinchouette, peu importent mes sympathies politiques ou mes besoins : à 20h00 avec 4 enfants ça tombera mal de toute façon.

    En revanche, j’ai souscrit un contrat d’assurance professionnelle chez Allianz après avoir été démarchée au téléphone par une dame très pro, qui détenait mes coordonnées d’un fichier issu de l’URSSAF, et qui m’a appelée un jour de semaine à une heure très étudiée. Il est vrai qu’elle est tombée à un moment où justement j’avais l’intention de souscrire un contrat…

    Bon, tu l’auras peut-être deviné, j’ai été consultante en marketing téléphonique dans une vie (très très) antérieure… 😉

    J'aime

    • #2 par isabelleprigent le 15 mars 2010 - 11:45

      Lol ! Je n’ai pas été consultante en marketing téléphonique, mais à la fin de mes études, j’ai été « télémarketeuse » : j’ai appelé pendant 3 mois des clients de concessionnaires automobiles pour savoir ce qu’ils avaient pensé de leur dernière vidange. Et un soir sur quatre, j’appelais des Belges pour savoir ce qu’ils pensaient d’une chaîne cryptée… Ce fut et de loin, le métier le plus dur que j’aie exercé de ma vie (et pourtant, j’en ai eu, des p’tits boulots quand j’étais étudiante !).
      Bref, pour répondre à tes questions, oui, certainement, j’ai tout écouté parce que le procédé m’a intriguée. Je ne sais pas à qui elle voulait s’adresser, en général et chez moi.
      A priori à un maximum de gens, vu l’heure « tardive » (je suppose que c’était du multi-appels) mais à 20h, chez moi, je suis seule à répondre, mon mari n’étant pas encore rentré du bureau 😉

      Je ne pense pas être une bonne cliente pour ce genre d’appel, même si de manière générale, je réponds « non » poliment aux gens qui vendent des fenêtres, parce que je sais d’expérience que ce n’est pas un métier facile… Cela dit, comme tout métier, on peut le faire bien ou mal. Et Valérie Pécresse a bien fait passer son message parce qu’elle a été bien conseillée, même si je ne dis pas qu’elle m’a convaincue, hé hé, je laisse planer le mystère sur ce point 😉

      La personne de chez Allianz t’a appelée par hasard au bon moment. Mais je crois que finalement les sociétés qui utilisent ce moyen de prospection misent là-dessus. Potentiellement, il y aura toujours une certaine proportion de gens qui seront chez eux et intéressés. Si la même m’appelle demain à 15h, oui, je serai chez moi, mais non, je ne signerai pas, j’ai déjà ce qu’il faut, merci 😉

      J'aime

      • #3 par Anne de Rozières le 15 mars 2010 - 12:23

        Je précise que je n’ai aucune action chez Allianz !!! 😉

        J'aime

  2. #4 par laurenceperchet le 15 mars 2010 - 12:39

    C’est intéressant cette expérience Isabelle.
    Décidémment on a toutes fait du télémarketing, 2 ans au compteur dans la finance, et ça date aussi !!! J’aime aussi le téléphone. Mais quand il sonne et qu’une voix anonyme ou de synthèse m’annonce qu’il faut rester en ligne pour écouter un message quelconque d’une enseigne landa, ça m’horripile ! Je raccroche immédiatement. Je pense que tu es restée en ligne Isabelle parce que justement, c’était la voix de Valérie Pecresse, le message devait être bien construit, donc rien n’était impersonnel. Ta curiosité l’a emportée.

    J'aime

  3. #5 par Thierry le 15 mars 2010 - 18:36

    @Anne de Rozières : « en ce qui me concerne c’est une très bonne nouvelle » :<)

    @Isabelle :

    # Merci pour le lien.

    # Le télé-marketing politique ? Il faut être sûr de bien tomber. Perso à 20 heures, je décline poliment en disant que "je m'occupe de mes jeunes enfants". Plus tôt dans la journée, j'écourte ou non les sollicitation téléphoniques selon mon emploi du temps (autant dire mon humeur) mais toujours courtoisement.

    # La prospection tél. c'est dur et c'est une discipline : là je relance des personnes qui m'avaient demandé de le faire, après un premier contact au début de l'année. Un bon agenda électronique qui se souvient à votre place des appels à passer et une base de donnée mise à jour à chaque "raccroché" pour se souvenir de l'historique et de la tonalité des échanges.

    Ensuite et surtout, j'insiste le téléphone ne fait pas tout, c'est un outil parmi d'autres. Perso, je suis assez content car j'ai dépassé la timidité qui m'assaille à chaque fois que je dois "décrocher le combiné".

    J'aime

  4. #6 par Thierry le 15 mars 2010 - 18:36

    les sollicitations, ce sera mieux …

    J'aime

  5. #7 par isabelleprigent le 15 mars 2010 - 22:32

    Bon, je vois que mon enthousiasme pour la campagne téléphonique de Valérie Pécresse est loin d’être partagé ! Allez, tant mieux, je préfère de toute façon travailler sur des problématiques innovantes « web 2.0 » que sur des trames de discours téléphonique !

    @Anne : allez, dis-nous, Allianz et toi, ça dure depuis longtemps ? 😉

    @Laurence : pareil, je déteste être appelée par des robots… et je suis tjs désolée d’entendre des voix à fort accent étranger me dire « je m’appelle Sophie Dupont »… Dans quel monde vit-on ? On doit avoir un nom à consonnance française pour mériter d’être écouté ? Mais c’est un autre débat…

    @Thierry : Bravo pour la discipline que tu mets dans ta prospection téléphonique !
    … Et si les clients ne te sollicitent pas directement par téléphone, tu peux essayer de leur proposer les demandes de devis par mail, télégramme, SMS ou pigeon voyageur, non ? 😉

    J'aime

  6. #9 par Thierry le 16 mars 2010 - 09:31

    @Isabelle,
    Mais je n’ai pas besoin de pigeon voyageur puisque je gazouille déjà, et pas seulement dans le téléphone …

    J'aime

  7. #10 par Pascal le 16 mars 2010 - 15:54

    Bonjour,

    Autant dire, je hais les gens qui m’appellent au téléphone le soir pour me servir leur baratin ! Je sais que c’est un métier dur, mais à 20 heures, c’est l’heure de la famille avant tout.

    Par ailleurs, je ne pense pas que V. P.(e surtout son agence) ait pillée les Pages Blanches. Sachez que ce même organisme vend de façon officielle ses fichiers avec suppression des personnes en liste orange. Ce qui n’est pas le cas des vendeurs de fenêtres, pour la plupart.

    Enfin, une petite astuce pour le marketing téléphonique. Vous appelez Jean Dupond, présentez-vous alors avec le même prénom… résultat : écoute multipliée par 4. (pour ceux que cela intéresse, je transmettrai les coordonnées de l’étude).

    Mais le sujet n’est pas là. Faut-il se sentir bien avec son moyen de com, telle est la question. Excuse moi Isabelle, mais c’est une mauvaise question.

    En effet, la com n’est pas un truc que l’on utilise en se sentant bien. C’est avant tout un outil, pensé, analysé dans le cadre d’un plan de communication, qui a des objectifs, un retour sur investissement… Le bon outil de communication n’existe pas, d’abord car une action de communication est la somme de plusieurs outils, ensuite le bon outil est celui qui a le meilleur ROI (fin du sermon).

    Bonne journée à tous et bonne prospection.

    J'aime

    • #11 par isabelleprigent le 16 mars 2010 - 21:48

      Ton étude m’intéresse !
      Et quand tu dis « le bon outil est celui qui a le meilleur ROI »… je reste persuadée que si on utilise un outil avec lequel on se sent à l’aise, on aura forcément un meilleur ROI (pas la peine pour moi d’utiliser le téléphone en prospection, par exemple !).
      Tu l’auras compris, mon objectif ici n’était pas d’exposer l’ensemble des outils d’un dispositif de com’, mais plutôt de faire un parallèle entre une campagne électorale et la prospection pour un indépendant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :