Parlez-vous RATP ou SNCF ?

Hier, je suis allée à un rendez-vous à Nanterre. A une station de La Défense. Comme je vais régulièrement à La Défense en train, j’achète mes tickets par carnets de 10. A l’arrivée à La Défense, j’ai pris le RER et ai acheté un aller-retour pour Nanterre. Au retour, il m’a été impossible de passer à la Défense. J’ai testé plusieurs des billets de mon carnet, à plusieurs passages, rien à faire, ça bipait. J’ai pensé qu’ils étaient démagnétisés, cela m’est déjà arrivé.
Comme il n’y avait aucun employé SNCF ou RATP (la précision aura son importance plus tard…) à l’horizon, j’ai appelé en appuyant sur un bouton rouge d’urgence. La personne m’a fait remarquer qu’elle répondait aux urgences (oui, d’accord…) et que je pouvais prendre l’ascenseur sur le quai A. Je suis descendue sur le quai, ai pris l’ascenseur et me suis retrouvée au pied des escaliers qui menaient à mon train, sans aucun composteur en vue.
J’ai pris le train mon ticket à la main et 5 minutes après, les contrôleurs débarquaient. J’ai expliqué la situation à un jeune contrôleur, qui s’est contenté de répéter que je n’avais pas validé mon billet et que je lui devais 25 euros. Je lui ai expliqué dix fois ce qui s’était passé, lui ai répété que je ne voyais pas l’intérêt de frauder avec deux carnets de dix tickets neufs dans mon porte-monnaie (preuve à l’appui), mais il n’a rien voulu entendre. Le comble, c’est qu’il m’a même expliqué ce qui s’était passé. Quand je suis revenue de Nanterre, sortant du RER, je me trouvais dans une zone « RATP » et comme je voulais aller en zone « SNCF »,  mon ticket ne pouvait pas fonctionner. Tout cela se passe dans un périmètre de quelques mètres carrés dans la gare de la Défense, et l’info n’est précisée nulle part. D’après le contrôleur, pour le savoir je n’avais « qu’à demander » (quoi et à qui ???) et puis je n’avais aussi « qu’à ne pas faire des trucs compliqués avec mes billets » (euh ?). J’ai payé 25 euros car si j’avais refusé j’aurais dû payer 24 euros de frais de dossier en plus.
J’ai quand même demandé l’adresse pour les réclamations, en disant « enfin, si vous même ne voulez pas comprendre, je ne vois pas comment quelqu’un qui lira ma réclamation, maintenant que j’ai payé l’amende, pourra comprendre ma bonne foi et me rembourser ». Il a souri, goguenard, et a dit « on ne sait jamais, il faut espérer ». Bien sûr… Bien sûr, ce sont 25 euros qui m’ont été volés et il se passe des choses bien plus graves dans le monde, oui, j’essaie de relativiser.

Récemment, au supermarché, je me suis rendu compte en arrivant à la caisse que j’avais oublié mon portefeuille. Je l’ai dit tout de suite à la caissière, que je connais, en lui demandant de garder un oeil sur mon fils, qui restait près du chariot pendant que j’allais chez moi chercher mon portefeuille. La personne qui était devant moi, en train de régler ses achats (je ne l’avais jamais vue), m’a dit « je vous avance l’argent ». Je n’ai pas su quoi répondre, alors elle a insisté « ça m’est arrivé, avec les enfants, c’est pénible de faire l’aller-retour, vous me rembourserez en laissant l’argent à la caisse ». J’ai accepté, ai déposé l’argent le lendemain matin à la caissière qui avait trouvé l’histoire très amusante. Je m’en souviendrai longtemps, comme de toutes ces anecdotes dont j’ai pu être témoin ou actrice et qui me laissent croire en une société solidaire. Mais les petits chefs qui abusent de leur petit pouvoir, ça, je crois que je ne pourrai jamais l’accepter. Il est content de lui, vous croyez, ce type quand il se regarde dans la glace en se brossant les dents tous les soirs ?

Publicités
  1. #1 par Anne de Rozières le 21 janvier 2010 - 09:32

    Il ne se brosse pas les dents… 😉

    J'aime

  2. #2 par Pascal le 21 janvier 2010 - 10:57

    Madame la fraudeuse !

    Ton billet sur la RATP/SNCF m’a bien fait rire. Et comme j’ai l’esprit taquin, je te demande de te placer dans le rôle du contrôleur. Si celui-ci avait accepté la « négociation » avec toi, de bonne foi évidemment, qu’en est-il au quotidien avec les vrais fraudeurs, sûrement bien plus manipulateurs que toi. Je n’irai pas jusqu’à plaindre ce salarié, mais son métier doit être pénible et ses relations avec les usagers (note que je n’utilise pas le mot client qui engendrerait une vision beaucoup trop commerciale pour ces entreprises) sont toujours conflictuelles.

    En dehors de cette défense plus provocatrice que pensée, cela prouve bien que la France n’a pas évolué depuis le code Napoléon et que l’administration est d’une lourdeur qui ne favorise pas la fluidité (ni dans les transports, ni dans la gestion des entreprises).

    Quant à ce brave dragueur qui t’a avancé l’argent, je dis « Chapeau bas ».

    J'aime

  3. #3 par isabelleprigent le 21 janvier 2010 - 11:12

    hello,
    Merci à tous les deux de vos commentaires « positifs et dédramatisants » 😉 Et pourtant, je ne m’en remets pas de cette histoire ! Ce genre de personne te fiche en l’air ta journée en un instant !
    Pour te répondre plus précisément Pascal, ce contrôleur est sorti avec moi à ma gare de destination et m’a fait payer sur le quai. Il aurait très bien pu me laisser partir à ce moment-là, personne ne l’aurait remarqué, et il n’aurait pas perdu une once de sa « crédibilité de contrôleur qui contrôle et sévit » (nouvelle remarque amère au passage : comme on ne peut pas parler avec ces gens, qui n’ont donc plus grand chose d’humain, peut-être pourrait-on les remplacer par des machines ???).
    Je suis d’accod avec toi sur la portée assez « générale » de l’anecdote… C’est d’ailleurs pour cela que j’ai partagé mon accès de mauvaise humeur sur ce blog. Oui, la lourdeur que l’on constate encore au quotidien dans certaines administrations ne va pas être de sitôt révolutionnée par le Web 2.0 et autres outils « fluidifiants » du XXIème siècle, je le déplore !

    Enfin, je tiens à préciser que « la personne » qui m’a avancé de l’argent était une femme. Il n’y avait donc aucune autre intention que celle de m’aider de manière tout à fait désintéressée. Et heureusement, ce genre de comportement est tout aussi fréquent que … allez, je n’en parle plus, de celui là !!!

    J'aime

  4. #4 par SW le 21 janvier 2010 - 11:49

    … Il paraît que certains de mes billets te rappellent des souvenirs, sache que cela arrive très souvent pour moi ici !!

    Sans vous raconter ma vie, j’habite en zone 5 et n’ai pas de contrats réguliers sur Paris en ce moment. J’ai donc décidé de ne me déplacer qu’en tickets sur la zone 1.
    Pas plus tard que lundi, j’ai voulu faire le trajet Courcelles(17e) / Montparnasse avec un ticket T. Or, le contact que je rejoignais travaille derrière la gare et m’avait recommandé de traverser un quai grande ligne SNCF pour attraper le bon escalator et la bonne sortie.
    Résultat : je suis restée coincée ! J’ai eu la grande chance de voir passer un controleur SNCF, parce que c’était vraiment désert et que j’aurais pu rester un moment comme ça !
    Ce monsieur m’a confirmé que je n’aurais pas dû sortir par là avec un ticket RATP !
    En gros, il aurait fallu mon Navigo Zone 5… c’est bien la première fois qu’on me reproche de ne pas être banlieusarde !

    Je vous épargnerai toutes les histoires de ce genre que j’ai entendues, c’est très courant, et les petites humiliations qui vont de pair parce que, moi aussi, je préférerais finalement parler avec Robocop dans ces cas-là.

    Quant à l’anecdote de la caisse de supermarché, je l’ai entendue aussi, mais vis-à-vis de quelqu’un qui avait de trop petits moyens pour régler ses maigres achats, et pour qui quelqu’un a donné les 5 euros où je ne sais combien, pour couper court à l’humiliation de la caissière qui n’était pas fine sur ce coup…

    Sweet Life…

    J'aime

    • #5 par isabelleprigent le 21 janvier 2010 - 21:19

      Dis donc, nous devons avoir des vies parallèles 😉 Bon, cette histoire de tickets qui ne fonctionnent pas ou qui nous laissent coincés parce que nous ne sommes pas au bon endroit de la gare n’en finira pas de me laisser perplexe. Bon, malgré tout, pour toi le fait de croiser un contrôleur a été une chance 😉

      J'aime

  5. #6 par Fabrice le 21 janvier 2010 - 13:58

    J’en tremble de colère … Il n’aurait pas fallu que çà m’arrive car c’était le scandale en direct ! (Marion a été témoin de certaines de mes colères face à des contractuels obtus et zélés … Aujourd’hui encore, elle en parle avec des trémolos dans la voix ;-))
    Pauvre naze de chefaillons (qui, je te rassure, ne se lave pas les dents le soir avant d’aller se coucher :-))
    Quand à la deuxième histoire, je ne suis pas fier de toi ! çà va pas d’avoir eu ne serait ce qu’un 1000ème de seconde l’idée de laisser ton fils dans un supermarché tout seul sans sa maman ?? 😉
    Bises.

    J'aime

    • #7 par isabelleprigent le 21 janvier 2010 - 21:20

      Je t’ai déjà répondu sur Facebook, mais je le répète, la prochaine fois que je prends le train, je t’emmène 😉

      J'aime

  6. #8 par Thierry le 21 janvier 2010 - 16:13

    Bravo pour la dame du super marché.

    Pour la RATP/SNCF, je me fais régulièrement taxer car, depuis que je me déplace tous les jours à des endroits différents, je n’ai plus de Pass Navigo. Bref, quand je ne jette pas mon ticket à la poubelle avant d’avoir franchi le portillon de sortie, je suis dans une zone improbable; La Défense est connue pour les imcompatibilités de billets, tels que tu le racontes, Isabelle.

    Enfin, c’est l’occasion pour moi de rappeller ici un billet que j’ai écrit, suite à une grosse galère de transport, qui me valut de passer un moment « au poste » :

    http://www.adjuvamus.fr/blog/index.php?post/2009/03/13/Commissariat-de-police-%3A-Terminus-!

    A l’époque, il y en a que cela avait fait sourire…

    J'aime

    • #9 par isabelleprigent le 21 janvier 2010 - 21:30

      C’est bizarre, le lien ne fonctionne pas et j’ai essayé de le modifier en vain. Pour ceux qui voudront le lire, ajoutez le ! dans votre navigateur.

      C’est fou, parce que c’est par ce billet que j’avais découvert ton blog. Et effectivement, je n’avais pas souri mais ri, parce que le ton avec lequel tu racontes cette mésaventure est tellement drôle ! Tu as vraiment un flegme… britannique, pour un (ex-)Belge 😉
      Bravo pour le détachement dont tu as su faire preuve en racontant cette soirée hallucinante (de quoi est-ce que je me plains, en fait ???)…
      Bon, quand est-ce qu’on lance le collectif de « ceux qui prennent occasionnellement les transports en commun et considèrent que ce n’est pas une raison pour se faire racketter ? »

      J'aime

  7. #10 par Thierry le 22 janvier 2010 - 13:11

    le point d’interrogation final fait partie du lien concernant mon aventure de transports.

    http://www.adjuvamus.fr/blog/index.php?post/2009/03/13/Commissariat-de-police-%3A-Terminus-!

    J'aime

  8. #11 par astupidboy le 29 mars 2013 - 10:26

    Je me suis pris une amende de 30 euros pour avoir oublié mon titre de transport dans une autre veste (ça a augmenté depuis votre mésaventure) pour une situation similaire…mais bon, même si cette somme représente (pour moi) des courses pour 5 jours, c’est tout de même moindre mal (la plus petite amende), j’ai préféré payer tout de suite même si c’est toujours dommage et un peu rageant quand ça arrive. Après ils devraient être plus conciliants parfois parce que c’est vrai que on est pas toujours en tort, mais s’ils font ça pour tout le monde, on ne s’en sort plus…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :