Focus métier : les techniques d’impression éco-responsables

Le choix d’un imprimeur qualifié dans la prise en compte des enjeux environnementaux est déterminant pour maîtriser les impacts environnementaux de vos documents.

Les points à valider avec votre imprimeur  :

– la qualité écologique du papier
– la qualité écologique des encres et produits associés
– l’utilisation de technologies permettant de limiter le recours aux substances chimiques.
– la gestion des déchets dangereux de l’imprimerie.

Les deux premiers points concernent le « produit », papier et encres (l’imprimé), les deux suivants le site de fabrication (l’imprimerie).

Le site de fabrication
Pour l’imprimerie, vous pouvez vous tourner vers le label Imprim’Vert ou la norme ISO 14001.
Les exigences de la marque Imprim’Vert portent sur l’élimination des déchets dansgereux, conformément à la réglementation, et sur la sécurisation des stockages de produits et de déchets dangereux.  Elle ne fait pas partie des éléments à communiquer sur vos produits (puisqu’il s’agit d’une approche liée au site de production).

Les différents types de papiers écologiques
Le marché de l’imprimerie se partage entre des professionnels utilisant des feuilles de différents formats et ceux recourant à des bobines, également de largeurs variées.  Il s’agit de choisir un imprimeur en fonction de votre format (pas forcément évidemment pour une impression ponctuelle, mais c’est essentiel pour un journal interne publié chaque mois à des centaines d’exemplaires).  En optimisant son format, on maîtrise à la fois les frais financiers et les coûts pour l’environnement.

Les labels concernant les papiers
Il s’agit de retenir, en priorité, un papier répondant aux exigences d’un écolabel officiel, ou un papier contenant des fibres recyclées et/ou issues de forêts gérées durablement et fabriqué en maîtrisant les impacts environnementaux.
Les écolabels officiels tels que l’écolabel européen, le cygne blanc nordique, l’écolabel national français NF environnement représentent une double garantie, la qualité écologique et la qualité d’usage. Ils signent également la prise en compte des impacts environnementaux sur tout le cycle de vie  et l’élaboration de critères communs avec les industriels, les associations et les pouvoirs publics.
Pour bien choisir, concernant les papiers recyclés, il faudra vous assurer qu’ils ont été fabriqués et recyclés « proprement » (écolabel officiel ou certification ISO 14 00& ou EMAS). Pour les fibres vierges, il faudra vérifier que la forêt dont sont issues les fibres est gérée durablement (label FSC ou PEFC).
Le plus simple reste de faire appel à l’écolabel européen, qui reprend l’ensemble des exigences précitées.

Les encres
Pour les impressions offset, vous pouvez utiliser des encres « végétales » fabriquées avec des solvants à base d’huiles végétales et non minérales, qui présentent une moindre toxicité. Elles sont obtenues  à base de substances renouvelables, contrairement aux encres ordinaires qui sont issues de produits de la pétrochimie.

Les vernis
Pour des raisons de qualité, de propreté et de tenue du support, il est fréquent de recourir à des vernis en fin d’impression. Posez-vous la question de leur utilité…

La semaine nous parlerons de la diffusion responsable des documents !

Publicités
  1. #1 par julien le 11 janvier 2010 - 22:14

    Bonjour,

    votre synthèse est correcte, cependant attention aux encres végétales…
    http://blog.imprimerie-villiere.com/2009/09/encre-vegetale-ecolo-imprimerie/

    J'aime

    • #2 par isabelleprigent le 11 janvier 2010 - 23:09

      Merci Julien pour ce complément d’information. Je ne savais pas pour l’huile de palme…
      J’en profite pour vous poser une question : dans mon premier poste, ma responsable m’avait dit « sur les plaquettes, toujours un pelliculage mat, comme ça, pas de problème de traces de doigts ». J’ai retenu la leçon et l’ai systématiquement mise en application… et me demande aujourd’hui si ce pelliculage est un vernis ? Merci 😉

      J'aime

      • #3 par julien le 12 janvier 2010 - 08:33

        Le pelliculage est différent du vernis.

        Un pelliculage est une couche supplémentaire déposé sur le papier et le vernis est une couche « d’encre transparente » déposé sur le document.
        Il existe trois type de vernis : vernis gras, vernis acrylique et vernis uv.

        Mais les trois tout comme le pelliculage évite les traces de doigts.

        J'aime

  2. #4 par katia le 12 janvier 2010 - 00:46

    Très bon sujet, merci Isabelle !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :