La sérendipité, vous connaissez ?

Il y a deux semaines, au cours d’un déjeuner avec Anna, je lui ai raconté comment les livres sont souvent pour moi une source de « coïncidences amusantes ».
Par exemple, très récemment, j’ai acheté un livre sur la communication, parce que j’ai trouvé son titre accrocheur. C’est un guide, avec des chapitres thématiques, des tableaux, de nombreux exemples pratiques. 
Contre toute attente, il m’a permis le jour même de  mettre à plat mes réflexions sur le projet d’un prospect, et donc de lui répondre en un temps record. Satisfaite, j’ai regardé la quatrième de couverture, où figurait la photo de l’auteur, et lui ai adressé en remerciement… mon plus beau sourire !
Mais comme je suis plutôt très curieuse, je ne me suis pas arrêtée là : je suis allée voir si cet auteur était inscrit sur Viadeo. Non seulement il y était, mais il habite ma petite ville de 18 000 habitants ! « C’est un signe », me suis-je dit ! Je lui ai donc envoyé un mail, l’ai félicité et remercié pour son livre, en l’invitant à prendre un café. Il a accepté, nous avons pris un café ensemble la semaine dernière. Ce fut à nouveau un échange très intéressant, avec un passionné de l’écriture, deux jours après le petit-déjeuner d’Anna (je crois qu’il viendra à l’édition de janvier ;-)).

Quand ce genre de chose m’arrive, plutôt régulièrement, en fait, et beaucoup plus souvent depuis que je travaille en freelance et que je suis dans « d’excellentes dispositions mentales » (c’est mon mon auto-diagnostic !), je me dis  : « Waou, c’est dingue, quelle chance j’ai ! » Même si au fond, je ne crois pas au hasard. Je pense que ce qui doit arriver se produit, et que lorsque l’on se veut du bien, il ne nous arrive pas grand chose de mal (hum, merci aux psys qui liront ceci de n’en tirer aucune déduction définitive ;-))

Bon, en tout cas, je pense que ce n’est pas par hasard que j’ai parlé de ça à Anna. Parce qu’Anna, elle, elle savait comment « ça » s’appelle. Ca s’appelle la sérendipité. Et la définition exacte, la voici :

« Trouver tout autre chose que ce que l’on cherchait, en saisir l’intérêt, se remettre en cause ; décider qu’il est supérieur à celui de l’objet originel de la recherche, et changer derechef d’objet : c’est la sérendipité (mot crée vers 1750 par Horace Walpole, un écrivain anglais contemporain de Voltaire en s’inspirant des Aventures des trois Princes de Serendip (ancien nom de Ceylan, l’actuel Sri-Lanka).
La sérendipité est reconnue par Henri Piéron dès les années cinquante dans son Vocabulaire de la Psychologie. »

… Merci Anna !

Publicités

  1. #1 par Valérie le 8 décembre 2009 - 10:01

    Je partage absolument, complètement et radicalement ton point de vue et si je devais en tirer une conclusion, elle ne serait que positive.
    Ce n’est donc pas par hasard que nous nous sommes rencontrées 🙂
    En plus le mot est joli (encore plus en anglais, serendipity)
    Pour moi, c’est une forme d’adaptabilité mélée de pensée positive, deux « qualités » utiles voire nécessaires pour (sur)vivre dans le monde moderne 😉

    J'aime

    • #2 par isabelleprigent le 8 décembre 2009 - 22:05

      Je suis d’accord ! Aucune « vraie » rencontre ne se fait par hasard 😉
      Et oui, je préfère aussi le mot en anglais (en français, il a un petit côté « sirène dépitée » qui lui nuit un peu, je trouve…).
      La sérendipité est utile dans la vie en général, et encore plus dans un contexte professionnel comme le nôtre, non ? Allez, je file m’en reprendre une double dose !

      J'aime

  2. #3 par Pascal CHAUVIN le 8 décembre 2009 - 10:51

    Je confirme les propos d’Isabelle. Combien de fois ai-je rencontré un prospect dont ma culture sur son activité n’avait que la superficialité d’une lecture faite que quelques jours auparavant. Suffisamment pour comprendre, être à son écoute et pour montrer un intérêt.

    Cette rencontre faite avec Isabelle autour de mon ouvrage fut très agréable… et coïncidence, nous nous retrouverons cet après-midi lors d’une conférence.

    Je ne doute pas qu’un jour, nous travaillerons ensemble sur un projet commun, car les compétences ne sont jamais mises en compétition, mais au contraire se conjuguent, et nous rendent encore plus fort face à des prospects.

    Pascal

    J'aime

    • #4 par isabelleprigent le 8 décembre 2009 - 22:09

      Pascal,
      Je constate que tu es un maître ès sérendipité 🙂
      Je ne t’avais pas demandé ton avis avant de publier ce billet, donc je ne t’avais pas cité.
      J’en profite maintenant pour donner le nom de ton livre « Communiquer avec un petit budget – Astuces pour communiquer mieux en dépensant moins » dans la collection « Entrepreneurs » chez Dunod.

      J'aime

  3. #5 par anna le 8 décembre 2009 - 20:25

    et merci à toi Isabelle pour ce billet qui l’illustre parfaitement. C’est vrai que ce mot je le chéris particulièrement depuis le jour où j’ai découvert que c’est ainsi que j’avance dans la vie. Pour ceux qui sont interessés je conseille aussi la lecture du livre d’Anne Ancelin Schützenberger , le Plaisir de Vivre, le premier chapitre y est consacré.

    J'aime

    • #6 par isabelleprigent le 8 décembre 2009 - 22:11

      Merci Anna, je vais très vite acheter ce livre !

      J'aime

  4. #7 par Christophe Lastennet le 9 décembre 2009 - 06:50

    Bonjour,
    Coïncidence: quelques heures après avoir pris connaissance pour la première fois de ce terme par votre billet, je découvre un autre billet, en anglais, sur le portail américain http://www.socialmediatoday.com qui donne 5 façons d’orchestrer la sérendipité (si toutefois cela est possible): http://www.socialmediatoday.com/SMC/154405

    J'aime

    • #8 par isabelleprigent le 9 décembre 2009 - 21:59

      Trop fort ! On peut appeler ça de la mise en abyme de la sérendipité ? 😉
      Merci pour le lien, ce billet est très intéressant… Je vais étudier de très près cette orchestration de la sérendipité !

      J'aime

  5. #9 par Aurélie le 9 décembre 2009 - 15:07

    Exactement comme Christophe ! D’ailleurs je l’ai twitté pour toi Isabelle 🙂

    J'aime

    • #10 par isabelleprigent le 9 décembre 2009 - 22:24

      Trop, trop fort tout ça !
      Je t’ai répondu sur Twitter 😉

      J'aime

  6. #11 par Jean Philippe le 10 décembre 2009 - 14:15

    Un peu curieux, je viens de faire une petite recherche sur Anne Ancelin Schützenberger, dont le livre est recommandé par Anna un peu plus haut. Voici sa bio sur wikipédia:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Ancelin_Sch%C3%BCtzenberger

    Une bio assez incroyable ! Cela me donne envie de lire cet ouvrage. 🙂

    Quant à la sérendipité, je n’y crois pas vraiment. Je pense que c’est plus un problème d’induction, dont nous sommes tous victimes (pour notre bien-être !) 😉

    J'aime

    • #12 par isabelleprigent le 11 décembre 2009 - 16:59

      Bien joué Jean-Philippe 🙂
      Effectivement, c’est un personnage cette Anne Ancelin Schützenberger!
      Ca m’intéresse d’en savoir plus sur ta théorie de l’induction… Un prochain billet de blog, peut-être ? 😉

      J'aime

  7. #13 par Jean Philippe le 11 décembre 2009 - 23:38

    Excellente idée Isabelle ! Je te tiens au courant. 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :