Exister en ligne, et/ou dans la vraie vie ?

Dans le n° de Stratégies daté du 12.11, je me suis arrêtée à la page 4, celle du courrier des lecteurs.
Un courrier de Catherine Michaud, vice-présidente de l’agence Tequila, intitulé « Pardon pour les ego », évoque le site Webmii.com, outil qui permet de connaître sa  notoriété sur Internet. Il est vraiment dommage que je ne puisse copier ici le lien (l’info est réservée aux abonnés), car la lecture de cet article m’a laissée perplexe… Je me permets donc de réagir ici !

1. Webmii, votre notoriété… sur quels critères ?

Je ne connaissais pas ce site, dont le concept me semble plutôt intéressant. Il reprend toutes les informations existant sur Internet concernant un nom et, en fonction des informations recueillies, lui donne une note sur 10. Cela permet par exemple d’assurer un suivi lorsque l’on met en place une vraie stratégie de personal branding, et de voir évoluer sa « note » au fil des mois. Cela dit, j’y mets au moins une limite : le fait d’avoir des homonymes fait monter allègrement la note (et sélectionner la bonne personne parmi la liste des homonymes n’est pas vraiment simple !). Et pour pousser plus loin, je suis allée consulter les notes de Olivier Zara et Fadhila Brahimi, deux experts français du personal branding, qui recueillent pour le premier une note de 6,1 (bien !) et pour la seconde, de 2,7 (franchement pas terrible…). Je persiste à penser que l’idée est bonne, mais l’outil doit être amélioré.

2. Exister virtuellement ou réellement ?

Catherine Michaud explique après avoir testé Webmii que lorsque l’on a investi pour sa notoriété sur Internet, on atteint péniblement 5, et lorsque l’on a professionnellement une existence par son implication et son travail, la notoriété sur Internet suit naturellement… et conclut par « quel intérêt d’exister virtuellement si l’on n’existe pas réellement » ?
Alors là, j’ai du mal à suivre ! Qui existe virtuellement et pas réellement, à part les avatars destinés à nous guider sur certains sites (qui n’ont de toute façon aucune notoriété, sortis de leurs domaines de « compétences »…) ? Est-ce qu’il faut être Britney Spears (8,1 !) pour considérer que l’on existe réellement ET virtuellement ?

Je raisonne probablement étroitement, mais je ne comprends pas comment on peut exister virtuellement si l’on n’existe pas réellement. Beaucoup de personnes très investies professionnellement sont célèbres en ligne, et pas encore dans la vraie vie… Il est donc essentiel de distinguer la « célébrité » (n’importe qui participant à une émission de téléréalité sera très « personnalement brandé » en un temps record, et célèbre – de manière éphémère – auprès du grand public par la même occasion) de « l’existence ».

En schématisant grossièrement, on peut parler de 3 catégories de personnes présentes en ligne et qui ont toutes une existence bien réelle !
1. le célèbre dans la vraie vie (« par hasard »)
2. le célèbre dans la vraie vie qui a travaillé pour cela
3. l’inconnu, blogueur, adepte de Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux, peut-être célèbre dans son milieu Web 2.0, pas forcément dans la vraie vie, mais que l’on ne peut en aucun cas accuser de ne pas avoir d’existence !

3. Ras le bol du storytelling à toutes les sauces !

Catherine Michaud transpose ensuite sa réflexion sur les marques et explique que le rôle des publicitaires est de construire pour les marques « des histoires, des histoires qui durent, des histoires ancrées dans la vie réelle des gens (les vraies gens, comme on dit) ».
On arrive là à l’illustration parfaite de ce que dénonce Christian Salmon dans son livre « Storytelling… la machine à raconter des histoires et à formater les esprits ». Le storytelling, qui n’était autrefois que simplement sa traduction littérale « l’art du récit » est vraiment devenu un outil à embobiner les masses, à remplir les temps de cerveau disponible… De nos jours, la qualité intrinsèque d’un produit n’a plus d’intérêt, c’est ce qui se raconte sur lui qui fait vendre. Donc, on raconte n’importe quoi, pour faire rêver. L’exemple qui m’a le plus marquée date d’il y a une dizaine d’années (ça ne s’appelait pas encore le storytelling en France, d’ailleurs…) : je vois dans un magazine sur le thème de la maison une publicité pour une grande marque textile française, qui existe à tout casser depuis les années 60, et je lis sous une grande photo illustrée du logo de la marque « depuis 1800 et quelques ». J’en parle étonnée à une amie qui travaille pour cette société. Elle me répond « c’est l’agence qui nous l’a conseillé, ça fait « ancien, maison de famille », c’est tendance »…
Depuis, cette technique du mensonge « pour faire rêver donc acheter » s’est largement généralisée (elle a même été adoptée par les politiques, mais ça, c’est un autre débat !).

Je suis très curieuse de connaître vos avis sur tout ça 😉

Publicités

, , ,

  1. #1 par Thierry le 19 novembre 2009 - 11:16

    Bien écrit …
    Signé : Adjuvamus Management Support, prestataire en gestion administrative, « maison fondée en 2008 »

    J'aime

  2. #2 par Thierry le 19 novembre 2009 - 11:37

    Ce Webmii, un truc de ouf … je vais passer la journée à chercher qui, parmi mes relation, sont des « no-life » d’un point de vue 2.0.

    A propos Isabelle Prigent … Excellent score !

    J'aime

    • #3 par Thierry le 19 novembre 2009 - 11:37

      oups, j’ai oublié un « s » à relations!

      J'aime

    • #4 par isabelleprigent le 19 novembre 2009 - 16:25

      Merci ! Je souhaite « longue vie » à la Maison Adjuvamus Management Support et Fils 😉
      Webmii, oui, c’est marrant… Quant à mon score perso, il est dû au fait que j’ai plusieurs homonymes !

      J'aime

  3. #5 par fbrahimi le 19 novembre 2009 - 18:03

    Bjr vous posez des questions pertinentes sur le thème de l’existence et notamment le lien entre l’identité physique et l’identité virtuelle.
    A ce propos, le « pas terrible » que vous soulevez pour fadila n’est en rien de mon fait, car je me prénomme fadhila avec un « h » et un rank de 6,5. Même si cela peut paraître la même chose fadhila, fadila; je vous avoue tenir à mon « h » (un élément de mon identité); la prononciation est différente en arabe même si elle n’est pas perceptible en français.
    Ceci étant Webmii est outil intéressant pour faire une analyse de la présence en ligne d’une personne à condition de prendre en compte que les homonymes existent et les fautes de frappe (comme ici sur mon prénom) sont aussi possibles.
    L’autre élément important de Webmii: c’est la confusion des dates et des informations. Nous ne savons pas encore comment le tri des infos s’effectue.
    Ensuite sur le thème de la célébrité: vous avez raison. J’ajoute tout de même que le Web: c’est aussi la vraie vie.
    Au plaisir !

    J'aime

    • #6 par isabelleprigent le 19 novembre 2009 - 19:59

      Bonsoir Fadhila,
      Désolée d’avoir mal orthographié votre prénom. Cette erreur involontaire est encore une preuve du manque de fiabilité de l’outil : on arrive en effet sur des éléments vous concernant, bien orthographiés ceux-là (cf votre blog), il y a donc un sérieux problème de tri des informations, homonymie, orthographe, et comme vous le dites, date de publication… Je pense cela dit comme vous que l’outil est intéressant, même s’il doit être considérablement amélioré.
      Et oui, la vraie vie c’est aussi sur le web… c’est pour cette raison que le personal branding revêt une telle importance aujourd’hui, n’en déplaise à certains 😉

      J'aime

      • #7 par fbrahimi le 19 novembre 2009 - 22:11

        Pas de pb Isabelle. Je suis parfois citée sous fadila, fatila, fahdila…etc donc il est normal de me trouver sous une autre orthographe. Disons que vous venez de pointer l’une des limites de Webmii. Mais il peut être un bon outil d’auto diagnostic 😉

        J'aime

  4. #8 par Thierry le 19 novembre 2009 - 18:37

    La question de l’homonymie et de l’orthographe aléatoire des noms propres est soulignée plusieurs fois, à juste raison, dans ce post et ses commentaires.

    J’ai échangé cet après-midi avec un ami spécialiste du marketing internet et, nous nous sommes moqués gaiement du mauvais score d’une relation commune … avant de nous apercevoir qu’il y avait erreur sur la personne.

    Autre effet pervers, lors d’un test que j’ai fait sur une personne, le nom d’un de ses concurrents est ressorti dans les mots clés affichés par webmii … pas vraiment le but.
    Explication : ils ont été tous les deux cités, à une seule reprise dans un même article de blog.

    Il ressort de mes observations sommaires que les internautes qui ont leur carnet d’adresse sur un compte gmail et ceux qui postent des videos ont un avantage sur Webmii.

    Cela dit, j’expliquais à mon contact référenceur internet tout le parti qu’il pourrait tirer de cet outil auprès d’une « certaine clientèle » en jouant sur « Oulàlà, Madame Michu vous avez un score de zéro. Pas étonnant que vous ne voyez pas de clients! Achetez mes services et dans 6 mois, vous aurez un score de, disons 5, et vous serez la reine du Web. »

    Honnêtement, il faut poser les questions suivantes : « Qui exploite Webmii ? » et « Quel algorythme opère pour noter les individus ? »

    En conclusion : outil amusant … à interpréter sous toutes réserves.

    J'aime

    • #9 par isabelleprigent le 19 novembre 2009 - 20:15

      Mathieu Morgensztern est cité dans le courrier de Stratégies comme auteur du site : il est CEO chez Euro RSCG. J’ai constaté comme toi que les vidéos permettaient de « gagner des points ». Ce que je trouve après tout logique : plus on est présent, avec des outils diversifiés, et mieux on est noté. Quant aux « débordements commerciaux » destinés à piéger Madame Michu, je n’y avais pas pensé, mais je trouve que tu as entièrement raison !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :