Et toi, tu votes pour qui ?

"On n’a pas le droit de parler politique ou de religion dans l’entreprise… On ne met pas d’affectif dans son travail, donc, on se désengage de l’entreprise"….

Un rendez-vous très intéressant, la semaine dernière, m’a donné plusieurs suggestions de nouveaux billets !

Avez-vous déjà parlé de politique (ou de religion, mais bon, restons sur la politique, puisque c’est d’actualité !) au boulot ? Moi oui. La présidentielle de 2007 a été l’objet de débats passionnés à la cantine, lorsque j’étais encore salariée. Effectivement, ce sujet restait cantonné à la "petite bande de proches" avec lesquels je déjeunais tous les jours. Même si nous n’étions pas d’accord (toutes les sensibilités étaient représentées, sauf l’extrême droite), chacun donnait son point de vue et c’était vraiment très intéressant. En tant que "traumatisée de 81", - je me souviens des cris provenant de la salle à manger de ma grand-mère, car le ton montait souvent entre mes parents et mes oncles et tantes -, j’ai pris l’habitude d’aborder le sujet "politique" avec des pincettes, et j’ai apprécié de pouvoir parler librement avec mes collègues.

Ces derniers temps, j’ai souvent posé la question "alors, tu votes pour qui ?" à mes amis, mais je n’ai évoqué le sujet qu’une fois avec une cliente, fort peu courageusement d’ailleurs, car je me doutais à ses propos qu’elle votait comme moi ;-)…

Je n’arrive pourtant pas à me faire un avis sur la question. La politique doit-elle rester dans la sphère de l’intime ou être étalée sur la place publique ?

Il n’est plus très compliqué, en lisant certains tweets, écrits "à chaud" de connaître l’avis de leurs émetteurs… Mais est-ce que cela ne contribue pas à les mettre "dans des cases" comme on sait si bien le faire en France ?

Alors, qu’en pensez-vous ? … (Je ne vous ne demande pas plus, car je ne vous dirai pas non plus pour qui j’ai voté ;-))

About these ads

, , , ,

  1. #1 par Thierry Mouillac le 24 avril 2012 - 07:19

    Je ne te dirai pas non plus pour qui j’ai voté, mais je te propose de découvrir pour qui je voterai au second tour, ainsi qu’une courte analyse des résultats lyonnais : http://wp.me/pmiwL-f2
    Amitiés,
    Thierry

    • #2 par Isabelle Prigent le 24 avril 2012 - 08:54

      Bonjour Thierry,
      J’ai lu ton billet ;-) Comment cela se passe-t-il dans ton contexte professionnel ? Tes clients font-il parfois allusion au fait que tu sois adjoint au maire ? Est-ce que tu considères cela comme un plus, ou est-ce un handicap parfois ? Je ne peux m’empêcher de sourire en imaginant une scène du "je vote Mélenchon, je ne vous achèterai pas de maison !"… mais bon, c’est mon côté potache ;-)
      Bref, si tu veux/peux en parler, ça m’intéresse !
      Bonne journée

      • #3 par Thierry Mouillac le 24 avril 2012 - 09:00

        Isabelle,
        La plupart de mes clients connaissent mes activités politique et cela n’a jamais eu d’influence majeure dans le sens où ce qu’ils jugent est avant tout le professionnalisme.
        Ils font parfaitement la part des choses.
        Mais j’avoue que j’aurai beaucoup aimé vivre le scénario "je vote Mélenchon, …" !!!
        Thierry

      • #4 par Isabelle Prigent le 24 avril 2012 - 09:18

        C’est bien, tes clients sont raisonnables ;-)
        J’ai dans ma famille bretonne des oncles, tante et cousine impliqués dans la vie politique locale de petites villes et villages, et j’ai le sentiment que même si cela ne leur nuit pas vraiment – ils assument leur position, de toute façon – ils sont souvent précédés de leur étiquette !

  2. #5 par Loïc Herblot le 24 avril 2012 - 07:51

    Bonjour Isabelle. Je suis ton blog depuis un moment mais n’ai encore rien commenté. Une première donc.

    Je pense que l’on devrait pouvoir (et constitutionnellement c’est le cas) parler de politique avec n’importe qui (du moment que l’interlocuteur le souhaite aussi) et diffuser ses idées sans que cela n’influe sur ses contrats pour les indépendants ou ses relations professionnelles pour les salariés.

    Chacun doit être suffisamment "grand" pour savoir faire la part des choses. Bien entendu, une fois que l’on a discuté de choses qui, parfois, nous passionnent, on regarde forcément la personne sous un autre angle, mais cela ne devrait pas avoir de conséquences importantes au niveau professionnel.

    C’est un peu ça aussi la liberté d’expression, il me semble.

    Merci pour tes articles Isabelle !

    • #6 par Isabelle Prigent le 24 avril 2012 - 09:00

      Bonjour Loïc,
      Merci pour ce premier commentaire ;-)
      Je suis d’accord avec toi. Pourtant, il m’est arrivé de travailler sur des sujets de communication interne d’entreprise et de lire dans des documents destinés aux salariés que la politique n’avait pas droit de cité au sein de l’entreprise… Je me souviens aussi d’une scène, au travail, entre deux collègues, à propos de religion. L’une d’elle avait ensuite voulu porter plainte contre la direction de l’entreprise. Malheureusement sur ces sujets, nous ne sommes pas tous assez "grands" pour faire la part des choses.
      A bientôt !

  3. #7 par Céline le 26 avril 2012 - 16:00

    Parce que c’est un sujet qui me tient à cœur, je n’aime pas en parler avec mes clients.
    Je risquerai de ne plus vouloir travailler avec eux ;-)
    Maintenant, le fait même d’exercer au sein d’une SCOP me classe aux yeux de mes partenaires, mais ça me va bien.

  4. #8 par Anne Delacour le 23 mai 2012 - 23:11

    Très bonne question ! Je pense que c’est un sujet tabou dans beaucoup de milieux pros.

    Personnellement, j’ai pris le parti de taire mes convictions sauf lorsqu’elles sont en rapport avec le sujet traité sur le blog. Par exemple, je n’ai pas commenté les résultats des élections sur mon blog consacré au mariage ni sur sa page Facebook (pourtant les commentaires joyeux ou dégoûtés étaient nombreux sur FB le soir du 6 mai !). Par contre, si cela bouge au niveau du mariage homosexuel, j’aborderai le sujet en donnant mon avis.

    • #9 par Isabelle Prigent le 4 juin 2012 - 20:40

      Merci Anne.
      De mon côté, je n’ai toujours pas tranché… C’est un sujet que j’aimerais bien aborder librement, mais à condition qu’il soit "dépassionné"…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 092 autres abonnés

%d bloggers like this: